En quête de régularité, Félix Auger-Aliassime reste positif

20 avr. 2022 à 10:01:00 | par Mathieu Canac

En quête de régularité, Félix Auger-Aliassime reste positif
Après avoir démarré la saison pied au plancher, Félix Auger-Aliassime a quelque peu calé : une victoire en quatre tournois depuis Indian Wells. Ne dramatisant pas ce coup de moins bien, tout comme il ne tombe pas dans l’excès d’euphorie lors des succès, le Canadien affronte Carlos Taberner ce mercredi pour son entrée en lice à Barcelone. Avec, en ligne de mire, une belle carte à jouer au classement en cas de résultats probants lors des prochaines semaines.

Qu’il soit sous les projecteurs ou dans une traversée du désert, Félix Auger-Aliassime avance équipé. Une paire de lunettes de soleil pour ne pas se laisser éblouir par des résultats lumineux, une casquette et une bouteille d’eau pour garder la tête froide en attendant l’oasis lors d’une série de défaites. Après un quart de finale de l’Open d’Australie où il était passé proche de la victoire en produisant un tennis d’une qualité rare pendant une grande partie du match - "Il jouait à un niveau fou, c’était irréel", avait commenté Daniil Medvedev -, le Canadien avait surfé sur cette confiance. Dans la foulée, il s’imposait à Rotterdam pour soulever son premier trophée en simple sur le circuit principal, et enchaînait avec une finale à Marseille.

Puis, en quittant l’indoor européen pour retrouver l’extérieur, la machine s’est grippée. Deux défaites d’entrée sur les courts en dur d’Indian Wells et Miami, respectivement face à Botic van de Zandschulp et Miomir Kecmanović, une élimination au deuxième tour contre Alex Molčan sur la terre battue de Marrakech suivie d’une autre devant Lorenzo Musetti dès son premier match à Monte-Carlo. "C’est très important que les parents et les coachs fassent toujours comprendre aux joueurs qu’il s’agit d’un processus : tu vas perdre, tu vas gagner, a expliqué Frédéric Fontang, coach de ‘FAA’, lors d’un podcast diffusé par l’ATP début avril. Tu ne dois pas t'enflammer après une victoire, ni te descendre après une défaite. Il faut de l’humilité."

"Tu ne dois pas t’enflammer après une victoire, ni te descendre après une défaite" - Frédéric Fontang, coach de Félix Auger-Aliassime

"Avec Félix, on a la chance de travailler avec Toni Nadal depuis un an maintenant, a poursuivi le Français. On peut ressentir l’humilité dans la famille Nadal, elle est partout. C’est l’une des raisons pour lesquelles Rafael Nadal est capable de continuer à vivre sa passion et à jouer à ce niveau après avoir gagné autant de grands titres. L’humilité lui permet d’entrer sur le court avec la même passion, de donner le maximum de lui-même chaque jour et de rester ‘normal’. C’est vraiment important." Pour éviter de se mettre plus bas que terre et sombrer dans les tourments de la négativité après une série de mauvais résultats, Félix Auger-Aliassime a pris pour habitude de toujours voir le verre à moitié plein.

"Oui, je peux être fier de la manière dont j’ai joué pour sauver les trois balles de match, a-t-il par exemple confié suite à sa défaite 7/6 6/7 6/3 à Indian Wells, malgré trois occasions pour van de Zandschulp de plier l’affaire en deux sets. OK, j’ai perdu aujourd’hui (le 14 mars), mais au moins je me suis battu en essayant de réussir à mieux jouer. Gagner la deuxième manche, c’était positif, même si je ne jouais pas très bien. La qualité de tennis n’était pas là, mais au moins je me suis toujours accroché." Certes, il se serait bien passé de sa mauvaise passe actuelle, mais celle-ci n’a rien d’anormal.

"Non, je ne suis pas encore prêt à assumer la position de Nadal ou Djokovic" - Félix Auger-Aliassime

Encore très jeune, le natif de Montréal a souvent répété qu’il lui fallait continuer à bosser pour atteindre une constance, dont il s’est rapproché depuis la saison passée, dans les résultats au plus haut niveau, semaine après semaine. Celle qui a permis à Rafael Nadal, Roger Federer et Novak Djokovic de s’imposer même dans les jours difficiles pour poser les bases de leurs carrières monumentales. Semblant sortis d’un roman de tennis-fiction, ces trois extraterrestres ont normalisé le paranormal. A de très rares exceptions près, ils nous ont habitués à enchaîner finales et demi-finales. Une époque qui pourrait être révolue dans les années à venir.

Comme Auger-Aliassime, la nouvelle génération, plus âgée que ce dernier et incarnée par Daniil Medvedev, Alexander Zverev et Stéfanos Tsitsipás, a régulièrement connu, elle aussi, quelques trous d’airs. "J’ai seulement 21 ans ; non, je ne suis pas encore prêt à assumer la position de Nadal ou Djokovic, a répondu le Québécois en conférence de presse à Monte-Carlo. J’espère, dans le futur, être capable de devenir un joueur ayant une place importante sur le circuit. De nouveaux joueurs arrivent. Peut-être que nous n’aurons pas trois joueurs qui domineront tous les autres. Nous aurons plus de joueurs au sommet." Tout en ayant conscience, qu’à son meilleur niveau, il a les atouts pour produire l’un des jeux les plus efficaces de la planète.

"C'est difficile de maintenir le niveau que j'ai montré en début, peu de joueurs en sont capables" - Félix Auger-Aliassime

"C'est difficile de maintenir le niveau que j'ai montré en début, peu de joueurs en sont capables, a-t-il acquiescé devant les journalistes à Monte-Carlo. Je vais essayer de devenir l'un de ces joueurs dans le futur, mais j'ai encore besoin d'améliorer beaucoup de choses." Et, s'il a mal débuté la saison sur terre battue, le jeune homme a un coup à jouer durant celle-ci pour s'ancrer parmi les 10 meilleurs joueurs de la planète. 9e mondial cette semaine, il n'a que très peu de points ATP à défendre jusqu'à l'arrivée du gazon. En 2021, il n'avait gagné que quatre matchs en six tournois sur ocre. Battu quatre fois d'entrée, il avait atteint les quarts de finale à Barcelone et le troisième tour à Rome.

En ne gagnant ne serait-ce que quelques rencontres supplémentaires, notamment dans les événements importants comme les Masters 1000 et Roland-Garros, Félix Auger-Aliassime solidifierait son statut actuel. En cas de bonnes performances, il devrait grappiller quelques places et améliorer son meilleur classement en carrière, tout en accumulant les deniers pour le projet #FAAPointsForChange. Ensuite, viendra la deuxième moitié de saison, au cours de laquelle il aura des résultats importants à défendre. En commençant par Wimbledon, lieu de son premier quart de finale en Grand Chelem. Là où une citation qu’il s’évertue à appliquer, tirée du poème If signé Rudyard Kipling, orne l'entrée menant au Centre Court : "Si tu peux rencontrer Triomphe et Défaite, et traiter ces deux imposteurs de la même manière."

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus