Cher Papa Noël

22 déc. 2023 à 14:47:42 | par Eli Weinstein

Cher Papa Noël
L’année 2023 arrive à son terme. Noël est après-demain, il faut donc perpétuer la tradition de la lettre annuelle au Père Noël, de manière à ce qu’il ait le temps d’exaucer mes vœux pour 2024.

C’est une tradition vieille comme le monde que d’écrire sa lettre au Père Noël. Tous les enfants (sages) y ont droit, je ne vois pas pourquoi je serais l’exception qui confirme la règle. Premièrement, parce que je ne réclame pas souvent de choses. Et deuxièmement, parce que je suis ultra sage. Tous ceux qui me connaissent vous le confirmeront. C’est donc parti pour ma lettre, ou plutôt liste tennistique, à Papa Noël pour la saison 2024.

En 2024, j’aimerais que :

- Rafael Nadal puisse terminer sa carrière au moment où il le souhaite et non pas lorsque son corps le lui imposera. Pour cela, il faut qu’il choisisse bien ses tournois, qu'il aille à l’essentiel et qu'il fasse peut-être une croix, aussi tentant que cela puisse être, sur des exhibitions du genre un live Netflix avec Carlos Alcaraz... Dans un monde idéal, j’aimerais le voir remporter Roland-Garros et dire adieu au tennis professionnel sur le podium du court Philippe-Chatrier.

- Caroline Garcia retrouve sa forme de la deuxième partie de saison 2022. On sait tous que Caro peut rivaliser avec les meilleures. Elle a le jeu pour toutes les battre. En revanche, il faut qu’elle retrouve la confiance qui lui permettrait d’enchaîner. Si elle trouve les clefs rapidement (attention, ce qui va suivre va peut-être vous choquer), elle peut même rêver d’atteindre la place de numéro 1 mondiale. Et pourquoi pas ? Elle est puissante, a un jeu offensif et possède un service ultra efficace. 

 Le titre, c’est pour Rafa cette année.

- Arthur Fils et Luca Van Assche soient la belle histoire de la saison, avec en point d’orgue l’édition 2024 de Roland-Garros. Pour cela, il faut qu’ils attaquent l’année tambour battant avec d’entrée un Open d’Australie prolifique. Je voudrais qu’ils continuent, comme c’était déjà le cas, de se tirer la bourre pour permettre une émulation réciproque, et surtout, qu’ils enflamment la quinzaine de Roland avec des quarts ou, pourquoi pas, des demies. Mais bon, comme je l’ai dit, le titre, c’est pour Rafa cette année.

- Iga Swiatek enlève, pour de bon, sa casquette et arrête de se couper du monde. Je veux voir ses yeux, ses émotions. Je sais qu’elle en a plein et je voudrais vraiment qu’elle redevienne celle qui a remporté Roland-Garros en 2020, qui était touchante par sa spontanéité. 

- Les instances du tennis (ITF, ATP et WTA) imposent un règlement qui interdise justement l’entrée sur le court avec un dispositif dans/sur les oreilles, du genre casque, AirPods… Je n’en peux plus de voir ces joueuses et joueurs faire leur entrée dans l’arène, parfois devant plus de 15 000 spectateurs en furie, tout en ayant les oreilles bouchées et hermétiques à l’accueil qui leur est réservé. Quel message envoient-ils ? Je suis peut-être réac ou vieux con, mais ça m’agace au plus haut point.

- Varvara Gracheva puisse disputer et gagner un match en Billie Jean King Cup et, surtout, qu’il aille à son terme. Franchement, Papa Noël, parmi les demandes que je te fais, celle-ci est loin d’être la plus compliquée avec le match qualificatif pour la phase finale, qui aura lieu en France, au mois d’avril, face à la Grande-Bretagne.

Mesdames, vous avez été de grandes championnes, mais il faut savoir tourner la page.

- Benoît Paire soit récompensé des efforts qu’il fait pour retrouver le Top 100. L’Avignonnais enchaîne les Challengers exotiques pour gratter des places au classement. Allez Benoît, ne lâche rien.

- Ksenia Chasteau remporte la médaille d’or aux Jeux Paralympiques 2024 de Paris. Il s’agirait là d’une immense fierté pour la France et, de manière un peu égoïste, pour les membres du Team BNP Paribas Jeunes Talents qui, j'en suis certain les connaissant, fêteraient cette médaille comme si c’était la leur.

- Caroline Wozniacki, Venus Williams et toutes ces joueuses qui pensent qu’elles peuvent arrêter le tennis pendant 3, 4, 5 ans, puis revenir comme des fleurs en piquant toutes les wild-cards disponibles pour essayer de se refaire la cerise financièrement, reviennent à la raison. Mesdames, vous avez été de grandes championnes, mais il faut savoir tourner la page. Donc s’il vous plaît, faites-le et laissez leur chance aux jeunes qui, elles, ont vraiment besoin de ces wild-cards.

- Nicolas Mahut puisse chanter la Marseillaise aussi fort qu’il le peut sur le court Philippe-Chatrier, à l’occasion de la remise de la médaille d’or olympique qu’il viendra de remporter. S'il y a bien un joueur qui mérite ce trophée, c’est lui. Lorsque que vous regardez la définition de « l’amour du maillot » dans le dictionnaire, il est écrit : Nicolas Mahut !

Voilà, c’est tout pour cette année. Je ne suis pas trop gourmand et même limite réaliste. Je vous souhaite à toutes et à tous d’excellentes fêtes de fin d’année. Abusez bien de tout et rendez-vous en (dry) January, pour la suite des aventures de cet incroyable sport qu’est le tennis.

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus