We Are Tennis by BNP Paribas vous propose un condensé de l’actualité tennis de la semaine écoulée, sur les courts comme en dehors. Une semaine où Naomi Osaka s’est brillamment offerte l’Australie, Novak Djokovic aussi, et où du vomi de baleine devrait ravir les parfumeurs. Si, si.

Lundi 15 février

Une étude française du CNRS assure qu’il serait possible de détecter un menteur au son de sa voix, ringardisant du même coup les détecteurs de mensonge. Pas besoin d’étude en revanche pour reconnaître une grosse surprise à l’Open d’Australie, avec la présence en quart de finale du qualifié russe Aslan Karatsev. Chez les filles, les trois premières têtes de série (Barty, Halep, Osaka) sont encore en lice, de même que Serena Williams. Pendant ce temps, Eugénie Bouchard se dore la pilule au Mexique, tranquille.

 

Mardi 16 février

On n’arrête plus Karatsev : tombeur de Dimitrov, le voici qualifié pour le dernier carré à Melbourne ! Autres résultats du jour en Australie : Djoko domine Zverev et Serena prend le meilleur sur Halep. Dans le reste de l’actu, en vrac : découverte d’une brasserie vieille de 5 000 ans en Egypte, prolifération inquiétante d’hippopotames en Colombie (les bestioles favorites de l’ancien baron de la drogue Pablo Escobar) et jackpot pour Lulu, le chien d’un homme de Nashville, mort sans héritier, qui s’est vu léguer 5 millions de dollars.

 

 

Mercredi 17 février

Un jour, une sensation à l’Open d’Australie. Chez les filles cette fois. Karolina Muchova crée la grosse surprise en éliminant la grande favorite et championne locale Ashleigh Barty. Chez les gars aussi, le résultat du choc entre Nadal et Tsitsipas surprend avec la défaite de l’Espagnol face au Grec. La logique est respectée en revanche dans le duel russo-russe du jour remporté par Medvedev face à Rublev. Le tableau des demi-finales est le suivant : Djoko face à Karatsev (dont le compte Instagram permet de savoir qu’il est fan de chiens) et Medvedev contre Tsitsipas ; Muchova contre Brady, Osaka contre Williams.
 


 

Jeudi 18 février

Sur les sites de rencontres en ligne, la mention « vacciné contre le Covid » serait désormais un vrai plus pour conclure. Djoko reste à la merci du virus mais il a conclu sans souci face à Karatsev pour ajourner la folle épopée du Russe. Serena, en revanche, ne parvient pas à conclure son rêve de record de victoires en Grand Chelem, s’inclinant en demi-finale face à Osaka. Le nom du robot de la NASA qui s’est posé sur Mars pourrait inspirer l’Américaine pour la suite de sa carrière : Perseverance.
 

 

 

Vendredi 19 février

Deux belles histoires de mer pour débuter la journée : une perle de 330 000 dollars a été retrouvée dans une huitre en Thailande et des pêcheurs du Yemen pourraient gagner encore plus gros en ayant ramené dans leur filet du vomi de baleine contenant 127 kg d’ambre gris, matière très recherchée par les parfumeurs. La nature est formidable, le niveau de tennis de Medvedev l’est tout autant : victoire face à Tsitsipas et qualification pour sa deuxième finale d’un tournoi majeur, après l’US Open 2019.

 

Samedi 20 février

La nouvelle « queen » du tennis féminin s’appelle bien Naomi Osaka : en quatre finales de Grand Chelem disputées, la Japonaise remporte son quatrième titre, à l’issue d’une quinzaine quasi parfaite (un seul set concédé au quatrième tour face à Muguruza) et conclue ce samedi face à Jennifer Brady. Il lui reste à conquérir un premier titre à Roland-Garros et à Wimbledon pour définitivement assoir sa domination et reprendre sa place de numéro 1 mondiale à Barty. A 23 ans, l’avenir lui appartient.

 

 

 

 

Dimanche 21 février

Tandis que l’Etna continue de cracher des flammes en Italie et le grand froid de s’installer au Texas, Novak Djokovic continue d’atomiser la concurrence et d’accumuler des titres : 9e sacre à l’Open d’Australie pour le numéro 1 mondial serbe et 18e Grand Chelem accroché à son CV, à l’issue d’une finale qu’il a largement dominée - et qui ne restera pas dans les annales - face à Medvedev. Il faut croire que sa déchirure abdominale n’était peut-être pas si grave et qu’il a bien bluffé le bougre…