Novak Djokovic et Rafael Nadal vont se rencontrer pour la 59e fois à l’occasion des quarts de finale de Roland-Garros 2022. Alors que le Serbe s’est baladé pour arriver à ce rendez-vous coché par toute la planète tennis, l’Espagnol a dû batailler face à Felix Auger-Aliassime pour avoir le droit d’y être.

Ça se joue à rien. Un coup droit qui prend la ligne, une amortie trop bien touchée, un spectateur qui se manifeste au mauvais moment, une rafale avec un timing perturbant... Bref, Rafael Nadal a battu hier, dimanche 29 mai, Felix Auger-Aliassime en huitième de finale à Roland-Garros. Le Canadien a pourtant livré une de ses plus belles performances et a poussé l’homme aux 13 titres à Roland-Garros dans ses derniers retranchements. Le forçant même à disputer un 5e set à Roland-Garros, ce qui ne lui était arrivé que deux fois auparavant (John Isner 1er tour 2011 et Novak Djokovic demi-finale 2013) sur 111 matches disputés à la Porte d’Auteuil.

Pour le fan de Rafa que je suis, cette victoire a été un soulagement. Premièrement parce qu’il a gagné, tout simplement. Ben oui, j’ai toujours envie qu’il gagne, que ce soit à Roland-Garros, à Melbourne, au golf, à l’entraînement, peu importe. Et puis le voir quitter Roland-Garros en huitième de finale aurait été un peu triste selon moi. Surtout qu’il pourrait s’agir de son dernier Roland-Garros. Ce n’est pas moi qui le dis, mais bien lui : « Chaque match que je joue ici est peut-être, qui sait, mon dernier match à Roland-Garros ou même de ma carrière tennistique. » C’est déjà arrivé une fois en 2009 face au toujours charmant Robin Söderling. Heureusement, Roger avait vengé Rafa sept jours plus tard, en dominant le Suédois en finale. Il y a aussi eu la fois où il avait quitté le tournoi dès le 3e tour, en 2016. Il ne s’était même pas présenté sur le court face à Marcel Granollers en raison d’une blessure au poignet gauche.

Djokovic n’a pas laissé de plumes sur le court Suzanne-Lenglen

Donc oui, je suis heureux de voir Rafael Nadal poursuivre l’aventure à Paris. Mais ce qui me met en joie avant tout est de savoir qu’on va avoir droit au 59e match entre l’Espagnol et Novak Djokovic : le DjoDal. Le 10e du nom à Roland-Garros. Pour l’instant, Rafa mène 7-2. D’ailleurs, le plus âgé des deux (Nadal : 3 juin1986 / Djokovic : 22 mai 1987) restera à vie devant dans cette confrontation. Mais Novak peut tout de même réduire l'écart.

Il est sans doute favori au vu de ce qu’il produit. Contrairement à son adversaire de demain, Djokovic n’a pas laissé de plumes sur le court Suzanne-Lenglen face à Diego Schwartzman qui a pourtant la réputation de collectionneur de plumes de grands joueurs, surtout à Roland-Garros. Mais face à Novak Djokovic, « El Peque » n’a rien pu faire. Il jouait pourtant bien, mais en face, c’était juste monstrueux. Presque tout était parfait. Une ou deux fautes directes ici et là, mais pour le reste, le pauvre Diego n’y pouvait rien. 

Le numéro 1 mondial est en grande forme. On est loin du joueur qui s’est incliné d’entrée à Monte-Carlo face à Davidovich-Fokina. Demain, lorsqu’il se présentera sur le court pour affronter son « vrai rival », Novak bénéficiera d’un peu plus de fraîcheur. En effet, depuis le début du tournoi, il n’a passé que 8h13 sur le court, alors que Rafael Nadal a 2h30 de tennis en plus dans les cannes, avec ses 10h43 au total. La différence se fait uniquement sur le huitième de finale. Les deux joueurs avaient quasiment le même temps avant le début de la seconde semaine.

Le match se jouera en session de soirée

Mais le clan serbe n’est peut-être pas aussi serein que ça. La preuve : après le match Djokovic-Schwartzman, je suis allé voir Goran Ivanisevic pour obtenir une réaction de la part du désormais unique coach de Novak. D’habitude, Goran, malgré son regard un peu flippant il faut l’admettre, m’accorde volontiers des interviews à la volée, mais pas là. Il savait très bien que je lui aurais parlé du quart face à Rafa et il a tout simplement refusé de s’exprimer. Cela dénote une certaine tension.

Le match se jouera en session de soirée au plus grand plaisir, et sera sans aucun doute une nocturne qui restera dans les livres d'histoires.

Novak Djokovic va-t-il empêcher Rafael Nadal de fêter son 36e anniversaire à Roland-Garros (jeudi 3 juin) ou au contraire va-t-il lui permettre d’être tout sourire pour souffler ses bougies et distribuer des parts de gâteau dans le salon des joueurs comme il en a l’habitude ? Réponse dans 24 heures.