Luca Van Assche : Une expérience de « ouf » !

7 févr. 2024 à 09:21:02 | par Eli Weinstein

Luca Van Assche : Une expérience de « ouf » !
Juste avant son entrée en lice à l’Open 13 à Marseille, Luca Van Assche est revenu sur sa première sélection chez « les grands », en Coupe Davis. Ses coéquipiers, le staff, l’ambiance, les émotions... Le « rookie » de l’équipe de France a livré son ressenti sans langue de bois.

Quels mots pour décrire cette première expérience en Coupe Davis ?
Incroyable ! C’était tout ce que j’attendais. On a passé des supers bons moments. On était une très bonne équipe. Entre joueurs, on s’entend tous super bien et le staff a été vraiment cool avec nous. C’est vrai que ce rassemblement n’était pas comme les autres, vu qu’on est resté très longtemps ensemble. Personne n’est rentré après Melbourne, on s’est donc entraîné avant de partir à Taipei. On s’est bien renforcé et, ensuite, la rencontre s’est super bien passée. On a gagné 4-0, c’est le plus important.

Appréhendais-tu un peu pour cette première sélection en compagnie de trois figures du tennis français ?
Non, je n’appréhendais pas beaucoup, mais j’avais hâte de voir comment ça allait se passer. J’avais la chance de déjà connaitre toute l’équipe et le staff et je m’entendais déjà bien avec tout le monde. Je n’ai vraiment pas eu de mal à m’intégrer, c’était même plutôt facile. On a passé des beaux moments, on a bien rigolé, on s’est bien entraîné. C’était vraiment deux semaines super cool !

Tu as subi un bizutage ?
Non. Lorsqu’on m’a remis ma veste, j’ai fait un petit discours, mais pour le reste, ils ont été sympas avec moi, ils ont laissé ma chambre tranquille. En même temps, j’ai gardé toutes les clefs avec moi, de manière à ce que personne ne puisse entrer !

À quel moment et comment as-tu appris ta sélection ?
Je l’ai appris le jour de ma défaite, face à Tsitsipas, à Melbourne. Dans ma tête, j’avais perdu et j’allais rentrer le lendemain. J’ai croisé « Paulo » (Paul-Henri Mathieu) qui m’a demandé si on pouvait se voir. On a d’abord parlé du match, puis il m’a indiqué qu’il me sélectionnait pour aller à Taipei.

T’étais surpris ?
Oui, c’était un peu une surprise. Dans ma tête, l’équipe était déjà faite. La sélection avait été annoncée avec Manna (Adrian Mannarino), Arthur (Arthur Fils), Ugo (Ugo Humbert), Edouard (Edouard Roger-Vasselin) et Nico (Nicolas Mahut). Pour moi, elle était plutôt logique car il s'agissait des trois meilleurs joueurs en simple et des deux meilleurs en double. Même si j’avais fait un très, très bon tournoi, « Manna » et « Ugo » étaient toujours en course, et Arthur avait perdu la veille, mais ce n’est pas parce qu’il n’avait fait qu’un deuxième tour que ça allait changer quelque chose. C’est pourquoi je ne m’y attendais pas forcément.

« On mange, on s’entraîne, on rigole, on fait vraiment tout ensemble »

A partir de là, c’était donc camp d’entraînement à l’Open d’Australie ?
C’est ça. Moi, j’ai perdu vendredi. Le samedi et le dimanche, je me suis reposé. « Manna » était encore en simple, on est donc allé le voir jouer. Et à partir du lundi, on a tous repris l’entraînement, sauf « Manna » qui n’a commencé que le jeudi, vu qu’il est resté en lice plus longtemps. On s’est entraîné toute la semaine à Melbourne. Je me suis entraîné avec Quentin (Quentin Halys) et « Manna », Nico et Edouard s’entraînaient ensemble. Tous les jours, on faisait du physique, du tennis, et le soir on allait tous au resto ensemble.

Qui encadrait les entraînements ?
Paul-Henri Mathieu et Laurent Raymond pour la partie tennis, et Laurent Laffite pour la partie physique. Un des kinés, Steph Vivier, travaillait pour le tournoi jusqu’au mercredi. Puis il a basculé avec nous dès le jeudi.

Tu connaissais cette destination ?
Je ne connaissais pas du tout. On a eu le temps de faire une visite à la tour « 101 », mais sinon soit on s’entraînait, soit on se reposait. Je ne suis quasiment jamais allé en Asie. Une fois à Shanghai pendant quatre jours l’année dernière. D'ailleurs, Taipei, c'était sympa et ça m’a beaucoup fait penser à la Chine.

Durant la semaine de prépa, qu’est-ce qui t’a frappé ?
L’esprit de groupe. Quand t’es en tournoi, tu n’as pas ces moments avec d’autres joueurs. Alors que là, on est toujours tous ensemble. On mange, on s’entraîne, on rigole, on fait vraiment tout ensemble. Le groupe était vraiment soudé. Et aussi le fait de jouer pas seulement pour toi, mais également pour tes coéquipiers.

Tu m’as dit que tu les connaissais tous bien, alors petit exercice. Je vais te donner un nom et tu me donnes un adjectif.

Adrian Mannarino : 
Méticuleux.

Quentin Halys : 
Chambreur, drôle. C’est vraiment le plus malade !

Edouard Roger-Vasselin : 
Calme, réfléchi, posé.

« On savait tous que, quel que soit le joueur choisi, c’était pour le bien de l’équipe »

Nicolas Mahut : 
Comment le décrire ? On a bien rigolé avec lui ! Méticuleux comme Manna, mais sur d’autres aspects. Il est perfectionniste.

C’est un peu le tonton ?
Ouais, c’est le papy du groupe.

Même du circuit (NDLR) !

Et Paul-Henri Mathieu ?
Confiant, rassurant.

De l’extérieur, on a l’impression que Paul-Henri maintenait une ambiance détendue. Est-ce bien le cas ?
C’est vrai. Je pense que c’est parce qu’il avait confiance dans tout le groupe.

Quel type de capitaine est-il ? 
Il gère bien le groupe, les entraînements. J’avais cette chance de l’avoir à côté de moi sur le court et il m’a donné son expérience du plus haut niveau en tant que joueur. Il est aussi très fort tactiquement. Un super capitaine.

Vous étiez trois joueurs de simple pour deux places. Cette situation a-t-elle affecté l’ambiance de la semaine ou pas du tout ?
Pas du tout. Tout le monde s’est super bien entraîné. Après, c’est normal que Paulo ait une décision à prendre. Mais on savait tous que, quel que soit le joueur choisi, c’était pour le bien de l’équipe. Donc à partir de là, ça ne pouvait que bien se passer. J’étais évidemment super content de jouer, mais si ça avait été Quentin ou Manna à ma place, je les aurais supportés comme un ouf. Car le plus important était de gagner la rencontre. 

« Ce sont des semaines qui te font grandir »

Tu penses que Manna était titulaire indiscutable ?
Je pense qu’il avait un avantage sur nous, ce qui est normal au vu de son classement et de ses performances. Mais personne n'est titulaire « indiscutable ». Il faut faire le boulot, peu importe le statut. Après, s'il s’entraîne bien, là, il a une bonne longueur d’avance.

À partir de quand savais-tu que c’était toi ?
Je l’ai appris le mercredi. On a fait un point avec tout le monde. Paulo nous avait tous vus individuellement. J’étais super content. J’imagine que Quentin devait être déçu de ne pas avoir été choisi, mais comme je l’ai dit, toute l’équipe était concentrée sur le fait qu’il fallait gagner la rencontre, peu importe ceux qui jouaient. En plus, on a eu la chance de tous pouvoir jouer notre simple, c’était donc parfait. 

Parle moi de ce que tu ressentais au réveil le jour de match.
Franchement, j’étais bien. J’étais motivé, j’avais la confiance du groupe. Et puis ce qui était facilitant était que je savais que tout ne reposait pas que sur moi. Bien sûr que je voulais qu’une chose, c’était de gagner. Mais on n’est pas tout seul en Coupe Davis et c’est dans ces moments-là que tu le ressens vraiment. J’avoue que j’avais un peu de stress au moment où je suis entré sur le court. Je voulais bien faire. Mais dès le matin j’étais bien et concentré sur la rencontre.

On parle de ce poids supplémentaire qu’est le maillot de l’équipe de France, tu confirmes ?
Un peu au début. J’ai vraiment donné mon maximum. C’est toujours dur de jouer à l’extérieur et ça change vraiment d’un tournoi « normal ». Au début j’étais vraiment excité, je voulais un peu trop en mettre. J’ai d’ailleurs fait un premier jeu monstrueux. Mais après, il fallait redescendre un peu. Il fallait aussi gérer le match et ne pas uniquement penser à tout donner pour l’équipe. J’ai donc un peu fait comme si je jouais un match et que les autres était là pour me supporter. Sinon, tu peux t’égarer.

Les semaines de Coupe Davis sont-elles des accélérateurs d’expérience ?
Forcément, c’est une expérience de « ouf » ! Je n’ai que 19 ans et j’ai déjà vécu ma première sélection et ma première victoire en Coupe Davis. Ce sont des semaines qui te font grandir. Tu apprends à mieux connaître d’autre joueurs, d’autres personnes. Tu peux voir la manière dont eux gèrent leur quotidien. J’ai de la chance d’avoir eu pas mal de joueurs expérimentés dans cette équipe et j’ai donc appris plein de choses pendant ces deux semaines.

Et maintenant?
Je joue demain (aujourd’hui) à Marseille et après, je vais faire Rotterdam, Doha, Dubaï, Indian Wells et Miami. 

Sacré enchaînement !
C’est vrai que ça enchaîne pas mal, déjà car je n’étais pas rentré depuis très longtemps en Europe. Mais c’est ma vie, c’est cool et je suis content.

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus