Les révélations féminine et masculine 2023 sont…

4 déc. 2023 à 17:05:00 | par Eli Weinstein

Les révélations féminine et masculine 2023 sont…
Pour terminer l’année 2023, si riche en émotions, je vous propose une série de prix que je vais remettre. Je commence par les révélations féminine et masculine de la saison. Les nommés sont…

Le moment que vous attendez tous avec impatience et excitation est enfin arrivé. Bienvenue à mes « oscars » de la saison 2023 de tennis professionnel. A l’occasion de mes cinq prochains articles, je vais distribuer des distinctions pour les catégories suivantes : meilleur espoir, meilleure progression, meilleur come-back, meilleur match et meilleur joueur. Chaque catégorie aura un prix féminin et un prix masculin. C’est très simple et en plus, c’est totalement subjectif ! Je suis seul à décider. Mon opinion point barre. J’adore !

C’est donc parti pour la révélation féminine de la saison 2023 sur le circuit WTA.

C’est à Roland-Garros que le public français a vraiment découvert Mirra Andreeva, la jeune crack de 16 ans qui réalise une entrée fracassante dans le monde du tennis professionnel. Ce petit bout de femme fait trembler le circuit WTA. Aucune joueuse ne souhaite voir le nom de cette future grande championne, encore non-tête de série, en face du sien sur un tableau de tournoi. Sa dernière performance en date, une victoire en finale de la « Pro A » à Toulouse le week-end dernier, 6-0 6-0 sur une joueuse majeure et vaccinée. Certes, moins bien classée, mais zéro et zéro tout de même. Ce n’est pas commun. Ça dénote d’une détermination à toute épreuve et d'une faim incessante de victoire. 

Elle s’entraîne sous la supervision de Jean-René Lisnard à l’Elite Tennis Center.

Cet exploit est évidemment loin d’être le principal fait d’armes de cette teenager qui a vu le jour le 29 avril 2007 à Krasnoïarsk en Russie. Oui, oui, vous ne vous trompez pas, j’ai bien écrit 2007. Prenez deux minutes pour penser à tout ce qui s’est passé dans votre vie en 2007. Ça fait drôle, nan ? Son jeu n’est pas typiquement celui des joueurs russes avec les plans de frappes à plat. Non, la jeune Mirra recouvre sa balle. Elle imprègne un gros lift à ses coups, ce qui met ses adversaires très vite en grande difficulté et elle fait très peu de fautes. C’est une joueuse surdouée qui est passionnée. 

Depuis 2022, elle s’est installée (en compagnie de sa soeur Erika, également joueuse professionnelle) à Cannes et s’entraîne sous la supervision de Jean-René Lisnard à l’Elite Tennis Center. Ses premiers titres, elle les remporte en 2022 sur le circuit ITF. Mais en 2023, elle reçoit une wild card pour le WTA 1000 de Madrid et y sort coup sur coup, Leylah Fernandez, Beatriz Haddad Maia et Magda Linette, trois joueuses du Top 50 (et même deux du Top 20 !). Elle s’inclinera sur Aryna Sabalenka en huitième de finale.

La suite, c’est Roland-Garros, où elle s’extirpe avec brio des qualifications sans concéder un set. Elle passe ensuite les deux premiers tours en dominant l’Américaine Alison Riske et la Française Diane Parry, concédant en tout et pour tout 6 jeux sur deux matches. Au 3e tour, elle tombe sur Coco Gauff. La marche est alors trop haute, ajoutée en plus à la fatigue, vu qu'elle disputait là son sixième match. Elle a tout de même remporté la première manche, avant de lâcher. Quelques semaines plus tard, à Wimbledon, elle réédite l'exploit en mieux, avec trois tours de qualif' passés crème, puis des victoires « tableau » sur Wang, Krejcikova et Potapova, avant de s’incliner en huitième face Madison Keys. 

Le 31 juillet, Andreeva pointe à la 62e place alors qu’elle était 293e en début d’année. Elle finira par intégrer le Top 50 en se hissant à la 46e place mondiale le 6 novembre dernier. Au-delà d’être une joueuse de tennis surdouée, elle est aussi une personne charmante qui ne se prend pas pour une autre. Elle a la tête bien vissée sur les épaules et laisse transpirer beaucoup d’humilité, de sincérité et de joie d’être où elle est, même si elle s’en étonne parfois. 

La révélation féminine de l’année 2023 est donc Mirra Andreeva.

 

Place aux hommes et au prix de la révélation masculine 2023.

Le 9 janvier 2023, Arthur fils était classé 252e joueur mondial. Il est aujourd’hui 36e ! Comment expliquer une telle ascendance ? Très simple : le talent. Et le travail, la détermination, le professionnalisme, l’encadrement, l’entourage, la volonté, la passion et plein d’autres choses encore.

En 2023, Arthur Fils a vécu deux saisons. Celle entre le début de l’année jusqu’au tournoi de Montpellier et le reste. Durant ce début de saison, le natif de Bondoufle a commencé par une victoire au Challenger de Oeiras au Portugal, suivi d'une finale au « Chall » de Quimper. Puis est vite arrivé Montpellier et cette demi-finale totalement inattendue de la part du joueur qui était alors encore 163e mondial. Il a mis à profit la wild-card qui lui avait été offerte pour battre, coup sur coup, Richard Gasquet, Roberto Bautista Agut et Quentin Halys, sans concéder le moindre set, avant de s’incliner sur Jannik Sinner (futur vainqueur de l’épreuve). Puis rebelote 15 jours plus tard à Marseille, avec une revanche prise sur Sinner suite au forfait de l’Italien, puis une victoire qui restera dans la mémoire de celui qui est né un 12 juin (quelle belle date d’anniversaire…) face à Stan Wawrinka. Benjamin Bonzi l’empêchera de goûter à la joie de la finale. En mai, juste avant Roland-Garros, Arthur est présent sur l’ATP 250 de Lyon. Il est certain que ce tournoi restera à tout jamais gravé dans sa mémoire, car il s’agit de son premier titre sur le circuit principal. Et le finaliste junior Roland-Garros a successivement battu Zhang, Ymer, Auger-Aliassime (forfait), Nakashima et Cerundolo. 

Une sélection en Laver Cup et en Coupe Davis

Encore en dehors du Top 100 avant sa semaine lyonnaise, Fils est propulsé à la 63e place mondiale et arrive à Roland-Garros avec les projecteurs (ultra) braqués sur lui. Peut-être un peu trop. Il fera un « first » sur Davidovich Fokina. L’Espagnol battra ensuite Luca Van Assche (le BFF d’Arthur) au 2e tour. A Wimbledon, Fils reprend Davidovich et s’incline à nouveau pour une de ses premières expériences sur la surface verte. En revanche, de retour sur terre battue au 500 de Hambourg, il dispose de Casper Ruud (alors 4e) 6-0 6-4 en quart de finale, avant de s’incliner sur Zverev en demie.

Le reste de l’année est juste un enchaînement incroyable pour Artur, qui vit un rêve éveillé, avec une sélection à la Laver Cup, une autre en Coupe Davis, une finale à Anvers et une revanche prise sur Davidovich Fokina à Shanghai. Sans bien sûr oublier le résultat le plus récent : finale au Masters Next Gen. Voilà, c’est tout. Ah non j’oubliais, pour couronner le tout, Rafael Nadal vient de lui demander s’il se joindrait à lui pour une semaine d’entraînement à la Rafa Nadal Academy au Koweit... 

La révélation masculine de l’année 2023 est donc Arthur Fils. 

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus