Next Gen pour finir en beauté !

27 nov. 2023 à 15:42:20 | par Eli Weinstein

Next Gen pour finir en beauté !
Les huit meilleurs joueurs au classement ATP de moins de 21 ans se retrouvent cette semaine (28 novembre au 2 décembre) pour la fameuse « Next Gen ». En plus de mettre en concurrence la génération avenir, ce Masters des « minots » permet à l’ATP de tester des règles qui pourraient, pourquoi pas, un jour être utilisées dans le grand bain. Voici un tour de la question, mais aussi des perspectives des uns et des autres.

Ça y est, c’est fini. L’Italie de Jannik Sinner a remporté la Coupe Davis et la saison 2023 est officiellement terminée. Tous les joueurs sont partis en vacances… Tous ? Non ! Un groupe d’irréductibles résiste à l’idée de siroter des cocktails dans un hôtel de luxe sur une île paradisiaque : la Next Gen !

A l’inverse de la majorité des personnages d’Astérix et Obélix, les huit participants du Masters des jeunes (neuf en comptant le premier remplaçant, Arthur Cazaux), sont tous tombés dans la marmite du tennis lorsqu’ils étaient petits. Gros cocorico et grosse fierté : trois des neufs joueurs présents sont Français et, cerise sur le gâteau, deux d’entre eux sont des membres de la Team BNP Paribas Jeunes Talents (TJT) : Arthur Fils, Luca Van Assche (TJT) et Arthur Cazaux (TJT). On a d’ailleurs pris le temps de discuter avec ces deux derniers, à l’occasion du dernier séminaire Team BNP Paribas Jeunes Talents qui a lieu en marge du Moselle Open début novembre.

Cette semaine à Jeddah, en Arabie Saoudite, ces huit joueurs vont concourir dans un Masters réservé aux U21. Pour se qualifier, il faut avant tout avoir moins de 21 ans et être le mieux classé. Ce classement, rebaptisé « Race to Jeddah », ne prend en compte que les jeunes. Puis, à la fin de l’année, ceux qui le souhaitent vont disputer cet ultime tournoi de la saison. 

Certains le refusent et c’est bien dommage, car leur présence aurait, encore plus, relevé le niveau. Il s’agissait en effet de Carlos Alcaraz, Holger Rune, Ben Shelton, et Lorenzo Musetti. Cela étant, ces absences permettent à Arthur Cazaux d’être présent au titre de premier remplaçant. C'est donc finalement un mal pour un bien.

Désormais un passage (presque) obligé pour les stars de demain.

La première édition de ce tournoi a eu lieu à Milan en 2017. Depuis, le tournoi n’a jamais bougé de la capitale italienne de la mode. C’est seulement en 2023 que, pour la première fois, la « Next Gen » s’en est allée découvrir de nouveaux horizons et a atterri en Arabie Saoudite. 

Si l’on regarde de plus près le palmarès de cette épreuve VIP, on s’aperçoit qu’elle est désormais un passage (presque) obligé pour les stars de demain. Hormis l’an dernier, les vainqueurs ou finalistes des éditions passées sont tous des joueurs de rang du tennis masculin. En 2021, le vainqueur n’était autre que Carlos Alcaraz et le finaliste Sebastian Korda. Avant eux, il y avait eu Jannik Sinner, Alex De Minaur, Stefanos Tsitsipas ou encore Andrey Rublev. D’autres participants étaient Daniil Medvedev, Karen Khachanov, Frances Tiafoe, Hubert Hurkacz, Taylor Fritz, Casper Ruud, Ugo Humbert, Alejandro Davidovich Fokina, Holger Rune, Lorenzo Musetti … Ça claque quand même !

Une des particularités est que, parmi les huit présents, il y a toujours une wild card (invitation). Cette année, il s’agit du Jordanien Abdullah Shelbayh. Classé 185e, il a remporté son premier Challenger en octobre dernier, à Charleston aux Etats-Unis, et a également remporté trois titres sur le circuit Future en 2022. Âgé de tout juste vingt ans, ce grand espoir de son pays se voit offrir une grande chance de partager le court avec des joueurs qu’il ne croise pas en temps normal. 

Cette invitation lui permet également d’accéder à un gain financier non négligeable. En effet, le prize money total du tournoi est de deux millions de dollars. Si un joueur termine la semaine invaincu, c’est-à-dire trois matches de poule remportés, en plus de la demi-finale et de la finale, il quittera alors le Moyen-Orient avec la coquette somme de 514 000 $. Le simple fait d’être présent à Jeddah garantit aux joueurs un chèque de 150 000 $. Les victoires en poule sont récompensées de 32 500 $, une victoire en demie vaut 113 500 $ et, enfin, remporter la finale ramènera 153 000 $. A savoir que le remplaçant, en l’occurrence Arthur Cazaux, reçoit 15 000 $ et plus si affinités…

On espère réalistiquement retrouver Luca et Arthur F. en finale.

Le format est identique qu’au Masters, avec deux poules de quatre et les deux premiers de chaque poule qui se qualifient pour les demi-finales. Comme ils ont trouvé qu’au Masters, la nomination des poules tenait véritablement du génie, ils ont décidé de copier avec un groupe « Green » et un autre « Red ». Ce manque de créativité me laisse sans voix…
Arthur Fils et Luca Van Assche se trouvent chacun dans une poule et sont tête de série 1 de leurs groupes respectifs (sponsorisés par Kickers). Les deux Français sont les favoris, même si Dominic Stricker (déjà présent l’an dernier à la Next Gen) et Alex Michelsen auront certainement une carte à jouer. On espère réalistiquement retrouver Luca et Arthur F. en finale.

Pour finir, un petit rappel sur les règles en vigueur. Comme on le sait, la « Next Gen » permet à l’ATP d’essayer de nouvelles règles qui pourraient, pourquoi pas, être ensuite adoptées sur le circuit principal. C’est une sorte de laboratoire taille réelle pour tester des points de règlements qui, majoritairement, sont là pour permettre au jeu d’aller plus vitre. En voici quelques exemples :

  • Pas d'échauffement sur le court. A l’ancienne, à l’endroit ou à l’envers et on attaque direct.
  • En plus d’un compte à rebours au service de 25 secondes avant le premier service (15 secondes si le point d’avant était de moins de trois échanges), il n'y aura que huit secondes entre la première et la seconde, ainsi que sur des services let.
  • Les matches se jouent au meilleur des cinq manches. Le premier à quatre jeux remporte la manche et un tie-break se joue à trois jeux partout, même au cinquième set.
  • Le no-ad sera en application, sauf qu’à l’inverse du double sur le circuit principal, ici, c’est le serveur qui choisira de quel côté il engage.
  • Il n’y aura pas de changement de côté au premier jeu de chaque set.

Jetez un oeil sur le reste des règles en visitant le site officiel de la « Next Gen ».

Vous savez presque tout. Ne reste plus qu’à souhaiter bonne chance à nos deux Français en espérant, non pas qu’un autre joueur se blesse pour qu’Arthur Cazaux intègre le tableau, mais peut-être juste qu’une petite intoxication alimentaire de rien du tout vienne ruiner les espoirs de participation d’un des six autres. On aurait ainsi un trio français à la Next Gen, ce qui serait une grande première dans la compétition, toutes nations confondues.

L’action démarre demain, mardi 28 novembre, à partir de 15 heures, soit midi en France. Du coup, bon app' avec un jour d’avance.

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus