Alexander Zverev a eu un comportement totalement antisportif à Acapulco, dans le match de double qu’il disputait aux côtés de Marcelo Melo. Il a été exclu du tournoi, mais y aura-t-il d’autres conséquences à cette attitude inacceptable ?

 

Dans la nuit de mardi à mercredi, à Acapulco, il s’est passé ça :

Dont acte. On fait quoi maintenant ?

Alexander Zverev a immédiatement été exclu du tournoi, en simple et en double. Bien heureusement. En revanche, pour l’instant, rien d’autre n’est tombé, à l'exception d'excuses très propres de la part du joueur, sans doute écrites par une tierce personne, mais peu importe. L’important est que cela a été fait.
C’est la suite qui m’inquiète particulièrement. L’acte de Zverev est extrêmement violent. On voit bien qu’il a fait peur à l’arbitre de chaise, que ce dernier s’est senti menacé physiquement. Ça, c’est grave. Et je ne veux pas jeter d’huile sur le feu, mais je vous rappelle que le nom d’Alexander Zverev est déjà sorti pour des histoires extra-tennistiques qui n'ont pas vraiment redoré non plus son blason. Le voir à nouveau associé à du (très) bad buzz n’est pas du tout bon pour son image, qui est déjà moyenne.
Bref, il doit être puni. La question est : comment ?
A mon sens, la sanction doit se faire en trois parties.

1. L’amende.

Evidemment qu’Alexander Zverev doit être sanctionné financièrement. Et il est crucial que ce « fine », comme on dit dans le langage ATP, soit élevé. Franchement, si ça ne dépasse pas 30 000 dollars, autant ne pas mettre d’amende du tout. En termes d’image, ça n’aurait aucun sens et ça ne ferait que valider le geste, en mode « C’est bon, tu peux menacer un arbitre en ne prenant qu'une amende ridicule, donc pourquoi se priver et ne pas le refaire ? ». 

2. La suspension.

De mémoire, je n’ai pas souvenir d’un joueur ayant écopé d’une suspension longue dans le tennis pour comportement outrageux sur le court. L’exemple qui me vient en tête est celui de David Nalbandian qui avait été disqualifié en finale du Queen’s pour avoir mis un coup de pied dans la structure en bois qui encadrait la chaise d'un juge de ligne. Evidemment que le but de Nalbandian n’était pas de blesser le juge de ligne, mais son geste violent avait eu pour conséquence de toucher l’officiel au niveau du tibia. Derrière… rien ! Un « default », une amende et en avant Guingamp. On pourrait aussi parler de Novak Djokovic à l’US Open. Aucune suspension. Imaginez-vous, au foot, qu’un joueur agresse un arbitre. Ce dernier ne serait pas près de rejouer. Tout n’est pas parfait dans le monde du football, mais pour certaines choses, le tennis ferait bien de s’en inspirer. Zverev devrait être suspendu des deux prochains Masters 1000 (Indian Wells et Miami). Encore une fois, il s’agirait là, en plus de donner du temps à l’Allemand pour réfléchir à ses actes, de montrer l’exemple et de dissuader tout autre joueur de commettre un acte de violence du même genre.

3. Des travaux d’intérêt général.

Comme le dit si bien Rafael Nadal : « Ce n'est pas comme ça que Sascha se comporte d'habitude, a tenté d'expliquer l'Espagnol Malheureusement, il y a l'image qu'a donnée Alexander, avec les réseaux sociaux où tout met le feu aux poudres, et au final, des millions d'enfants qui calquent leur attitude sur la nôtre. Alors nous devons montrer l'exemple et faire preuve d'un minimum de respect. » Je ne peux pas être plus d’accord. Et en voyant jouer certains jeunes aujourd’hui, je peux vous garantir qu’ils ne sont pas exempts de tout reproche. Du coup, je propose qu’Alexander Zverev soit obligé de participer à un programme éducatif avec des enfants, dans lequel il serait en charge de leur expliquer pourquoi il faut bien se comporter sur un terrain de tennis ou de sport en général, et surtout les choses à ne pas faire, à commencer par ce geste qu’il a lui-même commis.

Si ces trois mesures sont prises, alors je dirai bravo à l’ATP. J’ai néanmoins très peur qu’en gros, rien ne soit fait, si ce n’est d'étouffer l’affaire le plus vite possible.

J’espère vraiment me tromper.