L'actu tennis (mais pas que) de la semaine : le show Gaston et des perroquets vulgaires

6 oct. 2020 à 02:14:00

We Are Tennis by BNP Paribas vous propose un condensé de l’actualité tennis de la semaine écoulée, sur les courts mais aussi en dehors. Une semaine surprenante pour Hugo Gaston à Paris, pour des perroquets licenciés d’un zoo et pour des pieds-nickelés du cambriolage.

Lundi 28 septembre

Et une première raquette explosée par une tête de série à Roland-Garros, une ! En fracassant son outil de travail, Daniil Medvedev écope d’un point de pénalité et offre le jeu décisif du deuxième set à Márton Fucsovics… puis carrément le match, tant le Russe n’y est pas. Gaël Monfils non plus n’a pas la tête à l’ocre mais au moins, le Français ne casse pas l’ambiance contre Alexander Bublik et applaudit même son bourreau lorsque celui-ci le lobe d’un sublime tweener. Pas très loin, Lorenzo Giustino et Corentin Moutet combattent pendant six heures et cinq minutes pour signer le deuxième match le plus long de l’histoire de l’épreuve alors qu’un homme est interpellé à Toulouse après avoir dérobé un feu de signalisation en pleine ville. Oui, vous avez bien lu. Non, ce n’est pas vous qui avez trop bu.
 

Mardi 29 septembre

Tweener spectaculaire, épisode deux. Face à Novak Djokovic, Mikael Ymer prend une fessée mais gagne tout de même le point de la rencontre. Le point de la rencontre lors de la confrontation opposant Kristina Mladenovic à Laura Siegemund, lui, s’avère beaucoup moins sympathique puisqu’il s’agit d’une flagrante erreur : sur une balle de set en faveur de la première, l’arbitre ne voit pas le double rebond dans le camp de la seconde et empêche la Française de remporter la manche… malgré sept possibilités. Évidemment, l’Allemande s’engouffre dans la brèche et se qualifie pour la suite. S’il y a besoin de porter l’affaire en justice, il faudra éviter de demander les services de cette avocate qui plante son rendez-vous après avoir confondu les villes d’Angers et d’Agen, en France. Messieurs-Dames, l’audience est reportée.

Mercredi 30 septembre

Le forfait de Serena Williams, le bruit d’un avion franchissant le mur du son qui fait peur à tout le monde, un maire sortant décédé en septembre du Covid et pourtant réélu par les habitants de Deveselu (Sud de la Roumanie)… Sauf que tout le monde n’a d’yeux et d’oreilles que pour le duel complètement fou, du début à la fin, entre Kiki Bertens et Sara Errani. D’abord, l’Italienne connait un incompréhensible bug au service en fin de première manche – ce qui lui vaut, notamment, un point de pénalité pour le temps – et est carrément obligée d’engager à la cuillère. Ensuite, la Néerlandaise et ses crampes quittent le court sur… chaise roulante, à la suite de sa difficile victoire. Enfin, la perdante du jour s’en prend allègrement à son adversaire en conférence de presse en ciblant une éventuelle simulation. Comment ça, il ne se passe rien sans spectateur ?

 

Jeudi 1er octobre

Un jeudi riche, très riche en chiffres dans la capitale française. Avec cette quinquagénaire, par exemple, qui découvre 500 000 euros dans la cave de l’appartement dont elle vient d’hériter. Avec Djokovic, également, qui rejoint Roger Federer et Rafael Nadal dans le clan fermé des hommes ayant signé 70 succès aux Internationaux de France. Une compétition qui voit, cette année, treize nouveaux arrivants au troisième tour. Du jamais vu, depuis 1982. Surtout que parmi eux, 28% sont positionnés au-delà de la centième place au classement ATP. Du jamais vu, là aussi, depuis… 35 ans. 1985, quoi.

Vendredi 2 octobre

Stéfanos Tsitsipás. Denis Shapovalov. Dominic Thiem. Casper Ruud. Telle est la liste, non-exhaustive, des tennismans qui réclament l’arbitrage vidéo à Roland. Hugo Gaston et Stan Wawrinka n’en ont pas le temps, eux qui se livrent un joli combat avec l’élimination surprise du Suisse au profit du 239e mondial et bénéficiaire d’une wild-card. Lorenzo Sonego et Taylor Fritz non plus, trop occupés à leur jeu décisif incroyable (19-17) qui dure plus d’une demi-heure, compte sept balles de match et six balles de set. Au fait, on sait pourquoi l’avocate évoquée précédemment a fait exprès de se tromper de ville : à Angers, un feu tricolore est bloqué sur le rouge et provoque d’énormes bouchons. De quoi privilégier Agen.

Samedi 3 octobre

Ils s’appellent Jade, Elsie, Billy, Tyson ou Eric et sont retirés d’un parc animalier britannique en raison des insultes – dont le traditionnel « Fuck Off », leur préférée – qu’ils balancent à longueur de journée. On parle de perroquets, bien sûr. Ils se nomment Roberto Carballés Baena ou Aljaž Bedene, et sont les premiers du tableau masculin à abandonner en cours de match lors de cette édition 2020 – contre, respectivement, Grigor Dimitrov et Tsitsipás –. Il porte le pseudo de Djoker, et aide les hommes d’entretien à passer le balai pendant son match afin de rendre le terrain plus praticable après la pluie. On parle du numéro un mondial, bien évidemment.

Dimanche 4 octobre 

Il a fait trembler Dominic Thiem, poussé au cinquième set, mais Hugo Gaston et ses amortis ont finalement rendu les armes contre l'Autrichien, non sans finir par une belle ovation du public du Philippe-Chatrier. D'autres exploits par ailleurs : un Américain de 70 ans dénommé Wilbur Spaul est en train de traverser la moitié du Pacifique sur le plus petit voilier du monde (2,70 mètres), un cambrioleur français se fait attraper après avoir volé une tondeuse-robot connectée, géolocalisable surtout, et les organisateurs de la Coupe du Monde de tiramisu (prévue à la fin du mois) recherchent 100 testeurs pour départager les pâtissiers. S’il compte y participer, Tsitsipás devra ôter son masque à son effigie trouvé sur Internet. Il en a d’ailleurs acheté une trentaine, pour toute sa clique. Bref, café classique ou chocolat ?

 

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus