Face à David Goffin au 2e tour de l'Open 13, Benoit Paire a fait un bon match mais s'est incliné. C'est en quittant le court que les choses se sont un peu corsées ...

Pas simple la fin de match pour Benoît Paire, hier soir, à l'Open 13 Provence de Marseille. L'Avignonnais s'était pourtant bien battu face au Belge David Goffin et le 6/2 6/3 n'était pas vraiment représentatif du match. Mais de là à sortir sous les sifflets, c'est un peu too much.

Pourquoi en est-on arrivé là  ?

Le jeu de 4-3 dans le second set s'est achevé par un bris de raquette de Benoît, suite à un cumul de frustration pendant le match. Le souci est qu'il avait déjà pris un warning. Du coup, le cadavre de la raquette lui a coûté un point de pénalité. On est donc maintenant à 5-3 pour Goffin qui sert pour le match. Le jeu commence à 15-0 en raison de la pénalité. Un coup droit et deux revers dans le filet et 2 minutes 19  plus tard, le match est terminé.

Vous imaginez ce qu'elle a dû ressentir ?

Forcément, le public est déçu de cette fin en queue de poisson. Mais c'est aussi ça, le charme du tennis. On ne sait jamais comment ça va se terminer. En revanche, sortir sous une bronca, ça, ce n'est pas le tennis. Personne ne mérite ça. Jamais. Et pourquoi pas le pouce levé ou le pouce baissé pendant qu'on y est  ? Des sifflets, c'est violent. Qui plus est pour un garçon émotif comme Benoît Paire, qui vient de se donner à fond, avec tout le stress qu'il a accumulé, en plus devant sa maman  ! Sa maman quand même. Vous imaginez ce qu'elle a dû ressentir  ? Il n'a pas triché, hier, Benoît. Loin de là. Il a tout donné, mais en face, il avait un métronome de l'émotion.

Après avoir dit ça, Benoît n'est pas non plus tout blanc. Ce fissurage de raquette, alors qu'il est mené d'un set et 5-3, est juste horrible en matière de timing. C'est un peu comme le défenseur au foot qui commet une faute inutile devant sa surface, alors que son équipe tient le nul et que le temps réglementaire est terminé. Dans la foulée  : coup franc, lucarne, but et victoire (ou défaite selon le point de vue).

Casser sa raquette n'est pas grave

A 29 ans, Benoît doit faire mieux. Il n'a pas le droit de commettre cette erreur. C'est un truc de «  rookie  ». Il se doit de rester dans le match. Pour remporter ce type de rencontre, il doit maintenir sa concentration du premier au dernier point. Casser sa raquette n'est pas grave en soi et peut même être une bonne chose, mais pas quand on a déjà un warning et qu'on est mené 1 set à zéro et 5-3. Surtout que le fissurage, dans tous les sens du terme, n'est pas assumé. Après ce fait de jeu, il est sorti du match. Et ça le public, qu'il connaisse ou non le tennis, l'a compris.

Néanmoins, les sifflets, c'est niet.