TOP 10 : JAMAIS SANS MON PERE

2 mai 2013 à 00:00:00

TOP 10 : JAMAIS SANS MON PERE
« Les grandes réussites du tennis sont souvent des projets familiaux un peu fous », a un jour affirmé l’ancien joueur français Georges Goven. Vrai au tennis plus qu’ailleurs, le comportement des pères qui misent tout sur leur enfant fait parfois

« Les grandes réussites du tennis sont souvent des projets familiaux un peu fous », a un jour affirmé l’ancien joueur français Georges Goven. Vrai au tennis plus qu’ailleurs, le comportement des pères qui misent tout sur leur enfant fait parfois des miracles. Graf, Capriati, Williams et même Suzanne Lenglen, irruption dans l’intimité des plus folles familles de la petite balle jaune. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire…

 

1/ Jennifer et Stefano Capriati

« Ce que je fais, tous les parents du monde le feraient pour leurs enfants ». Depuis toujours, Stefano Capriati est persuadé que sa fille Jennifer est une graine de championne. « Sentez ! Nous avons enfanté une future star de tennis », dit-il un jour en caressant le ventre de sa femme. Pressé, Stefano envoie Jennifer Capriati sur le circuit professionnel à seulement…14 ans ! Un âge précoce ? « Quand le fruit est mûr, il faut le cueillir, répond cet ancien cascadeur de westerns spaghettis. Les enfants ne se grillent pas, les parents oui ». Résultat : victorieuse de Roland-Garros junior et de l’US Open junior, sa jeune adolescente est internée dans un centre pour jeunes délinquants en 1993, arrêtée pour vol de bijoux et possession de drogues. Boulimique et dépressive, elle témoigne en 2010 : « Je me regardais dans le miroir et je voyais finalement une image distordue. Je suis grosse et moche, je ne supporte plus mon enveloppe charnelle. J’ai eu envie de me suicider ».

 

2/ Mary et Jim Pierce

Parce qu’une amie l’emmène à 10 ans sur un court de tennis, Mary Pierce se retrouve vite devant un mur. Celui sur lequel Jim, son père, dessine un filet imaginaire à la craie blanche. « Papa me giflait dès que je perdais un match. Je suis entrée au tennis comme on rentre dans les ordres ». Pis, lors d’un banal tournoi junior, son géniteur hurle en tribunes, à l’intention d’une de ses adversaires : « Tue moi cette salope, Mary ! ». Elle n’a que 17 ans quand Cindy Hahn, une journaliste américaine, révèle finalement que Jim Pierce n’est autre que Bobby Glenn Pearce, un ancien repris de justice condamné pour vols de bijoux (décidément !) et falsification de chèques. Un jour, son père la menace même de meurtre. Mary met fin à leur relation quelques mois plus tard. Bobby de confier : « J’ai fabriqué une Ferrari. Mais j’attends toujours qu’on me rende les clés ».

 

3/ Venus, Serena et Richard Williams

« Bonjour, Je suis Richard Williams. Il y des gens qui se demandent ce que je pense de l’endogamie. Alors, toute personne de couleur noire qui ne se marie pas avec une personne de même race devrait être pendue par le cou jusqu’au coucher du soleil. Laissez un message après le bip sonore ». Oui, ceci était bien le répondeur vocal de Richard Williams dans les années 1990. Depuis lors, le père de Venus et de Serena traine sa folie douce à travers les tournois du monde entier. En ce qui le concerne, aucune dangerosité. Mais une envie folle d’élever ses filles au rang de vedette ce jour de 1978 lorsqu’il entend à la télévision que la gagnante d’un tournoi féminin empochera un chèque de 30 000 euros ! Résultat : 22 tournois du Grand Chelem remportés par elles-deux et de nombreux millions d’euros en sponsoring. Mission réussie. « Je parle toujours comme quelqu’un de stupide. Je préfère que les gens pensent que je le suis vraiment ».

 

4/ Steffi et Peter Graf

« J’ai essayé d’être honnête, mais l’honnêteté n’est pas une rue à sens unique ». Dans le genre grippe-sou, Peter Graf, père et entraineur de Steffi à ses débuts, est condamné à un an de prison en 1997 pour ne pas avoir déclaré les gains de sa fille au fisc. « T’inquiète pas pour moi, je suis le meilleur fiscaliste d’Allemagne », lui répond-il pourtant le jour de son arrestation. « Quand on sait les effets que peuvent avoir l’alcool et les médicaments sur une personne, si, il y a des raisons d’être en colère », lui rétorque avec brio la joueuse allemande. Ping-pong.

 

5/ Mirjana et Marinko Lucic

Liane slave d’1m80, blonde, le visage émacié, grosse frappeuse et amie intime de Martina Hingis : Mirjana Lucic est le grand espoir croate des années 1990. Mais elle est aussi la victime d’un drame familial au long cours. En coulisses, son père Marinko ne cesse de la frapper durant sa petite enfance. « Personne ne peut imaginer le nombre de coups que j’ai pris, révèle-t-elle en 1999. Parfois c’était pour un match perdu. Parfois pour un seul set ». Un an avant ses révélations, Mirjana décide de fuir le domicile familial, direction les Etats-Unis. Sans le sou, évidement, car Marinko a déjà détourné la totalité de ses premiers gains en tournoi. Facile. « Si un jour je l’ai giflée, c’est que son comportement n’était pas celui d’une jeune fille bien élevée », dit-il. Trop facile.

 

6/ Marion et Walter Bartoli

Entraineur autodidacte, médecin personnel, préparateur physique, manager et père de la meilleure joueuse française actuelle, Walter Bartoli n’a jamais touché à une raquette de sa vie. Derrière ses petits binocles ronds, cet ancien médecin généraliste abandonne son cabinet il y a dix ans pour s’occuper de la carrière de sa fille. Depuis, il fabrique lui-même ses machines à balles, en glissent quelques-unes sous les talons de Marion pour qu’elles restent sur la pointe des pieds et la fait jouer avec des raquettes d’enfants pour travailler sa précision. La structure Bartoli, c'est une structure familiale particulière, un laboratoire. « Mon style, c'est ce qui fait ma force et c'est aussi pourquoi je suis très critiqué, mais je m'en fous », lâche son propriétaire. Surtout quand la Fédération Française de tennis, lors des JO de Londres 2012, refuse la sélection de Marion Bartoli en équipe de France. Celle-ci souhaitait être accompagnée par son père, ce qui est interdit par le règlement. 

 

7/ Andrea et Roland Jaeger

Jamais dans ce sport une joueuse n’a été aussi précoce qu’Andrea Jaeger : à 14 ans et huit mois, l’Américaine et sa célèbre paire de couettes sont déjà 19e mondiale. Finaliste de Roland-Garros en 1982, cette adolescente, qui ne sourit pas beaucoup, semble pourtant sous tension permanente. Son père, Roland, un maçon suisse et ancien boxeur, en est sans doute pour quelque chose. Roland Jaeger, un personnage pour le moins bourru. « Un jour, j’ai battu Martina Navratilova sur herbe à Eastbourne, mais après la rencontre mon père a vu un paquet vide de chips dans ma chambre que je n'étais pas censée avoir, raconte Andrea au Daily Mail, en 2008. Pensant qu’il allait sortir sa ceinture, je me suis enfuie. J’ai alors couru à l’hôtel de Martina. J’ai frappé à sa porte, frappé, frappé. Heureusement pour moi, elle a ouvert ».

 

8/ Suzanne et Charles Lenglen

Mais bon sang, comment faire de sa fille une championne de tennis ? Surtout au début du XXème siècle quand ce sport de raquette n’est qu’une affaire de gentlemen endimanchés. Monsieur Charles Lenglen, riche industriel du nord de la France, a sa petite idée. Du côté de Nice, où sa famille passe l'hiver en villégiature, il invente des méthodes d'entraînement intensif pour Suzanne, sa petite fille de 10 ans. Chaque jour, sur les coups de midi, elle fait une heure de tennis, et prend même des leçons de danse tous les soirs pour améliorer sa souplesse et sa félinité. Le photographe Jacques-Henri Lartigue, amateur de tennis, témoigne : « Chaque jour, M. Lenglen descend au club pour régler l’entrainement de sa fille. On sent combien Papa Lenglen serait heureux de transformer sa fille en machine ». Machine, le mot est juste…

 

9/ Bernard et John Tomic

« Je vous prouverai rapidement que je vais être le meilleur joueur du monde ». Amateur de grosses voitures et des jolies filles - à moins que ce soit l’inverse -, Bernard Tomic est à coup sûr le grand espoir du tennis australien. En outre, ses relations avec son père, John Tomic, ont toujours été extrêmement compliquées. Quand bien même le travail technique de John serait reconnu, son caractère machiavélique et brutal pose de nombreuses questions. D’ailleurs, son propre fils a de plus en plus de mal à le supporter. Le 24 mars 2012, alors qu’il est éliminé à Miami par David Ferrer [6/4, 6/4], il demande à l’arbitre d’expulser ce père gênant : « Il m’ennuie. Je sais que c'est mon père mais me dérange. Je veux qu'il parte si c'est possible ». Demande acceptée.

10/ Jelena et Damir Dokic

« Je peux vous assurer d’une chose. Au bas mot, 40 % des joueuses de tennis sont lesbiennes ». Mathématicien hors pair, Damir Dokic, père et entraineur de Jelena, joueuse de tennis australienne et ancienne 4e mondiale, mérite amplement le bout de table de ce classement familial. Provocateur devant l’éternel, vétéran de la guerre de Croatie et producteur de prunes, ce grand gaillard hérissé se distingue en 2009 lors d’un séjour carcéral de 12 mois pour détention d’armes illégales : sept fusils de chasse, un pistolet Beretta et quelques grenades seront retrouvés à son domicile. « Je suis un vétéran de la guerre. Je vais la flinguer dans sa voiture avec mon lance-grenades », menace-t-il ainsi l’ambassadrice australienne en Serbie, en réponse aux propos recueillis par Jelena dans le magazine (australien) Sport&Style. Canard dans lequel elle assure avoir été abusée par un père « violent et buveur » quand elle n'obtenait pas les résultats escomptés. Après quelques années de séparation, le duo père-fille se reforme finalement en 2011 aux côtés Tin Bikic, entraineur et petit ami de Jelena. Un soulagement. « Les lesbiennes ? Je ne pourrais pas supporter si Jelena se révélait un jour être une d’entre elles, note le paternel. Je crois bien que je me suiciderais ! »

 

Par Victor Le Grand

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus