J'en peux plus des dauphins. Oh comme c'est chouette, Feliciano Lopez qui nage avec les dauphins ! Oh comme il est "cute" le dauphin qui prend la pause avec Jo Tsonga ! Stop les dauphins ! Faisons-en des makis pour...

J'en peux plus des dauphins. Oh comme c'est chouette, Feliciano Lopez qui nage avec les dauphins ! Oh comme il est "cute" le dauphin qui prend la pause avec Jo Tsonga ! Stop les dauphins ! Faisons-en des makis pour que les joueurs puissent les croquer ! Je vous l'accorde, prendre la pause avec les dauphins, traverser une piscine accroché à leurs nageoires, c'est visuel, c’est sympathique, limite cucul d’ailleurs. Mais surtout, archi déjà vu. Et je n'ai absolument rien contre les dauphins, je suis fan, comme tout le monde. Ce que je déplore, c’est le manque total d'imagination des organisateurs et de l'ATP.

 

Avant chaque tournoi, ou presque, un petit happening est organisé avec quelques joueurs. On se souvient d'Agassi et Federer échangeant des balles sur le court sauvage installé sur l'héliport de l'hôtel Burj Al Arab à Dubai à 300 mètre d'altitude, de Nadal et Federer disputant un match amical sur un court éclairé à la bougie à Doha.

 

Et bien à Miami, c'est les dauphins, tous les ans. Mais moi, j’en ai marre des dauphins de Miami. Ce qui est dommage, c’est que personne ne réagisse, en se disant « c'est peut-être un peu abusé de refaire la même animation chaque année  ». Cette répétition sans fin est bien représentative de l'immobilisme du circuit. Surtout ne rien faire pour surprendre. Ne faire, toujours, que ce qui fonctionne, ce qui plait aux joueurs et surtout, ce qui est politiquement correct. Ah ça les dauphins, il n'y a pas plus politiquement correct.

 

Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas bien Miami, il est important de savoir que le « Seaquarium » se trouve à dix minutes de voiture du stade. Donc pourquoi chercher plus loin ? En plus il ne faut surtout pas trop en demander aux joueurs. Les pauvres, il ne faut surtout pas qu'ils fassent plus de dix minutes de voiture. Et puis, c'est bien connu, il n'y a rien d'autre à faire, à voir ou à promouvoir à Miami. D'ailleurs, tous les touristes du monde qui vont à Miami, y vont uniquement pour les dauphins. Je propose donc d'offrir dès aujourd'hui à l'ATP un guide touristique de Miami de manière à leur laisser assez de temps pour préparer l'animation du tournoi 2014. Mais je suis prêt à parier, je sais c'est interdit, qu'ils retourneront au « Seaquarium ». Et si on demandait aux dauphins ce qu'ils en pensent ?  Je suis sûr que même eux en ont ras la nageoire.