Flavia Pennetta n'a pas toujours été un modèle de bon comportement sur le court. Vous vous souvenez sans doute de son doigt d'honneur à l'arbitre lors du premier tour de Fed Cup en 2009 à Orléans face à la France et...
Flavia Pennetta n'a pas toujours été un modèle de bon comportement sur le court. Vous vous souvenez sans doute de son doigt d'honneur à l'arbitre lors du premier tour de Fed Cup en 2009 à Orléans face à la France et plus précisément face à Amélie Mauresmo . Un match que la Française avait fini par perdre. Mais en ce deuxième lundi d'US Open, je me vois dans l'obligation de voler au secours de la pauvre Flavia. Elle n'en a pas vraiment besoin, tout va plutôt bien pour l'Italienne, puisqu'elle s'est qualifiée hier, pour la troisième fois de sa carrière, pour les quarts de finale du dernier Grand Chelem de l'année. Néanmoins je souhaite quand même prendre sa défense. Pour une raison passée un peu trop inaperçue à mon goût, alors que franchement, il y a de quoi crier au scandale. SCANDALE! Au tennis, la règle veut que les joueurs n'aient que 20 secondes entre la fin d'un point et la première balle mise en jeu. Si le premier service est faux, la deuxième balle devra être mise en jeu sans délai. Cela dit, la prochaine fois que vous regarderez jouer Djokovic ou Nadal, amusez-vous à chronométrer le temps que l'un et l'autre mettent à servir après avoir fait rebondir la balle 67 fois ou tiré son slip 28 de fois de son entrejambe. Ensuite, comparez avec le nombre de « warnings » que l'un ou l'autre ont récolté pour une prise de temps trop longue. Maintenant entrons dans le vif du sujet. Hier après-midi, court Louis Armstrong, 6-4 6-5 30/0 en faveur de Flavia Pennetta, qui est au service. En raison de l’extrême chaleur sans doute, associée à une forte humidité, Pennetta est prise de spasmes et de vomissements alors qu'elle s’apprête à servir. Elle recule près de la bâche de fond de court, se recroqueville sur elle-même et essaye de vomir mais rien ne vient car, expliquera-t-elle par la suite : « je n'avais rien à vomir ». Elle se redresse, se dirige à nouveau vers la ligne de fond de court avant de repartir précipitamment vers la bâche pour, à nouveau, essayer de vomir, toujours sans succès. Une poignée de secondes plus tard, elle s'avance de nouveau vers la ligne de fond de court pour servir. Entre alors en scène la croate Tamara Vrhovec, arbitre de chaise, qui décide de coller un « warning » à Flavia pour dépassement des 20 secondes. Veuillez m'excuser, mais il faut vraiment être très, comment dire, bête (pour rester poli) pour manquer à ce point de psychologie. Certaines sanctions sont totalement soumises à l'appréciation de l'arbitre de chaise, comme le coaching, les fautes de pieds ou les dépassement de temps. Il est très rare qu'elles soient effectivement appliquées. Infliger un « warning » à une joueuse en train de vomir est pour le moins incompréhensible. Forte heureusement, Pennetta a pris l'annonce avec le sourire et est restée concentrée sur son match. Pour la petite histoire, elle perd alors son jeu de service mais s' impose ensuite dans le tie-break alors qu'elle était menée 6 points à 2. Concernant l'arbitre, j'espère de tout coeur qu'elle aura, elle aussi, pris un (sévère) warning. Sincèrement, je ne sais pas quelle mouche l'a piquée. Elle voulait peut-être tout simplement faire parler d'elle. Pour le coup, ça n'a pas loupé.