L'actu tennis (mais pas que) de la semaine : Kyrgios retors et lapin record

21 mai 2019 à 07:20:00

We Are Tennis by BNP Paribas vous propose un condensé de la semaine écoulée, sur les courts comme en dehors. Une semaine faite de terre battue romaine, d’un Kyrgios survolté, d’un lapin à 91 millions de dollars et d’une bouteille de vin à 5000 euros.

Lundi 13 mai

Retour attendu. Absente des cours depuis la mi-mars, Serena Williams fait ses premiers pas sur l’ocre cette saison avec une victoire à Rome contre Rebecca Peterson. « Ça fait du bien de se retrouver sur un terrain, ça faisait longtemps… Je n'ai pas beaucoup joué cette année. Pas par choix, mais par la force des choses. Je voulais vraiment revenir sur le circuit et jouer, mais ça ne fonctionnait pas. » Eileen Macken a elle aussi dû apprendre à manier la patience : à 81 ans, cette Irlandaise rencontre sa mère biologique pour la première fois ! Pendant ce temps, Novak Djokovic pose avec les trois anciens footballeurs internationaux Raúl, Clarence Seedorf et Luis Figo alors que Jessie Dean Kowalchuk, un Canadien recherché par la police, se moque des autorités en leur envoyant un message… et se fait pincer, le fugitif ayant révélé l’endroit où il se trouvait. Plus intelligent, Alexander Zverev offre son bandana à une jeune spectatrice sur qui il vient d’envoyer involontairement une balle puissante après un smash. Double cadeau.

Mardi 14 mai

Nicole Gibbs annonce souffrir d’un cancer des glandes salivaires sur Twitter. « Je ne vais pas rejouer sur terre battue cette saison, et je ne serai pas à Roland-Garros. Il y a un mois, je suis allée chez le dentiste et une excroissance dans ma bouche m'a alertée », détaille l’Américaine, qui rassure tout le monde sur la suite en indiquant qu’une intervention chirurgicale devrait suffire à la soigner. Nick Kyrgios n’en perd cependant pas sa folie, puisqu’il démarre son match contre Daniil Medvedev par… un service à la cuillère ! Deux autres mises en jeu similaires suivront, durant sa victoire. Et si vous n’aimez pas son style, faites comme les chauffeurs Uber des États-Unis qui voient leur employeur lancer une application permettant aux clients d’opter pour un mode silencieux : taisez-vous.


Mercredi 15 mai

Kyrgios, épisode 2. Dans la presse cette fois, avec trois cibles. Djokovic : « Il a un besoin maladif d'être aimé. Il veut être comme Roger. Il veut tellement être aimé que je ne peux pas le supporter (…) Il dit toujours ce qu'il pense devoir dire, il ne donne jamais son opinion. » Rafael Nadal : « Rafa est mon exact opposé. Quand il gagne, tout va bien, il ne critique pas l'adversaire, mais dès que je le bats, il dit : ''Il n'a pas de respect pour moi, pour mes fans, pour le jeu''. Qu'est-ce que tu racontes ? » Fernando Verdasco : « C'est la personne la plus arrogante du monde. Il ne dit pas bonjour, il pense être tellement fort, il croit avoir un don de Dieu. Mec, ton revers est tout juste moyen. Il n'a aucune humilité, aucune perspective sur les choses. » Bim, bam, boom. Envoyé, touché, coulé. Pour digérer tout ça, la pluie fait des siennes et annule l’intégralité des rencontres de la journée. Et pour passer le temps, il ne sera pas possible de jouer avec son Tamagotchi : Bandai a annoncé que l’animal de compagnie virtuel ne reviendrait qu’en août.

Jeudi 16 mai

Kyrgios, épisode 3. La face sombre pour terminer, le jour de l’ouverture du championnat de France de lancer de slip. Alors que le début de son troisième set devant Casper Ruud commence à peine, l’enfant terrible du tennis actuel pète un plomb, hurle sur l’arbitre, prend un jeu de pénalité, casse sa raquette, balance une chaise sur le court… et quitte les lieux. « Ce fut une journée où il s'est passé beaucoup de choses, pour le moinsLes émotions ont pris le pas sur le reste, et je veux juste vous dire que l'atmosphère était complètement folle aujourd'hui, se justifie-t-il sur Instagram. Je suis juste très déçu que ça se soit terminé de cette manière. Rome, je suis désolé. Peut-être qu'on se reverra... » Un comportement qui lui coûte cher : 45 points ATP, son prise-money (33 635 euros) et 20 000 euros d’amende. Le bonhomme va donc devoir économiser un peu, si jamais il souhaite s’acheter le lapin de Jeff Koons vendu 91,1 millions de dollars. Un record, pour une œuvre créée par un artiste vivant.




Vendredi 17 mai

À croire que l’abandon de Kyrgios a donné des idées aux autres. Pour des raisons heureusement bien différentes, Roger Federer (blessé à une jambe à cause des lignes mouillées de Rome) et Petra Kvitová (touché à la jambe gauche) doivent déclarer forfait. Comme John Isner et son pied douloureux, qui doit renoncer à Roland-Garros. Ce qui leur laissera le temps de faire une petite prière pour Ieoh Ming Pei, l'architecte de la pyramide du Louvre décédé à 102 bougies. Joli score.


Samedi 18 mai

Imaginez-vous dans un bon restaurant du Royaume-Uni. Vous aimez le vin, et vous avez envie de vous faire plaisir avec une petite folie. Hop, vous commandez une bouteille de rouge à 260 euros. Mais le sommelier qui vous sert se trompe, et ne vous apporte pas le bon breuvage… Que faire ? Ne rien dire et savourer ce bon Château Le Pin Pomerol de 2001 coûtant 5 100 euros, comme cela a été le cas au Hawksmoor. Andy Murray, lui, peut désormais boire tous les vins qu’il souhaite : le Britannique est anobli la veille de ses 32 piges par le Prince Charles dans le Buckingham Palace. Bon anniversaire.

Dimanche 19 mai

Le dimanche, c’est le jour des couronnes. Qui se posent sur la tête des Pays-Bas remportant l’Eurovision, de Karolína Plíšková et de Rafael Nadal. Lequel se permet même d’infliger un 6-0 à Novak Djokovic, dans le premier set. Une première dans leurs nombreuses confrontations de titans. À noter, également, l’inauguration du toit du court numéro un de Wimbledon. Que Rome aurait bien aimé emprunter, cette semaine.

 

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus