Qu’est ce qui cloche dans le tennis australien ?

15 janv. 2013 à 16:26:44

Qu’est ce qui cloche dans le tennis australien ?
Alors que l’Open d’Australie bat son plein à Melbourne, le tennis local apparait en méchante crise. Crise de résultats, crise de vocations, crise d’identité. Longtemps porté par les performances de Lleyton Hewitt, il...

Alors que l’Open d’Australie bat son plein à Melbourne, le tennis local apparait en méchante crise. Crise de résultats, crise de vocations, crise d’identité. Longtemps porté par les performances de Lleyton Hewitt, il s’en remet aujourd’hui aux résultats de Samantha Stosur dans le tableau féminin. Mais le mal semble profond…

  Traditionnellement au tournoi de Wimbledon, le dress code impose la couleur blanche aux participants. Mais c’est de noir qu’auraient dû se vêtir les neuf représentants du tennis australien en juin dernier, tant ils ont semblé porter le deuil des années de gloire de leurs glorieux ancêtres. Dans le tableau masculin, aucun des quatre joueurs en lice n’a passé le premier tour. Chez les filles, ce ne fut guère plus réjouissant, avec seulement un deuxième tour pour Samantha Stosur. Un gazon maudit et une honte nationale pour un pays qui n’avait, à Londres, pas connu pareille déroute depuis 1938. Le jour de son élimination, Stosur avait souhaité relativiser, estimant qu’il fallait « se pencher sur le long terme plutôt que de s’alarmer des résultats d’un tournoi ». Sauf qu’en jetant un œil dans rétroviseur, la situation apparait belle et bien inquiétante.  

Le même problème de concurrence qu’aux USA

Tel le tableau de bord d’un avion en détresse, tous les signaux ou presque clignotent. Sur le circuit WTA, Stosur est depuis trop longtemps la seule tête de gondole de l’Australie dans le Top 100. Casey Dellacqua ne parvient pas à performer en simple et la jeune espoir Ashleigh Barty, 16 ans, vient tout juste d’émerger. Chez les garçons, c’est pire encore : Marinko Matosevic pointe actuellement à la 49e place du classement ATP, le prodige Bernard Tomic à la 64e et Lleyton Hewitt à la 82e. Au crépuscule de sa carrière, Mr « Come On ! » tarde à voir arriver un successeur. En Coupe Davis par BNP Paribas, les performances s’en ressentent, l’équipe d’Australie brillant par son absence dans le groupe mondial depuis 2007. Qu’a-t-il bien pu arriver au tennis australien pour qu’il tombe si bas ? Invité à débattre sur le sujet au lendemain du dernier Wimbledon, John McEnroe a préféré ne pas en rajouter, intimant les responsables locaux à réagir sans paniquer. « Nous sommes confrontés au même problème aux Etats-Unis : dans beaucoup d’autres pays, les meilleurs athlètes font du tennis, pas chez nous », a-t-il indiqué, fataliste. Difficile en effet de lutter face à la toute-puissance du football australien et du cricket, les deux sports nationaux. A l’adolescence, de nombreux très bons manieurs de raquette décident de se tourner vers ces sports plus populaires et lucratifs. Du côté des disciplines individuelles, le cyclisme gagne aussi en popularité, grâce notamment à la récente victoire de Cadel Evans lors du Tour de France.  

Retrouver « le cœur et l’âme » du tennis australien

L’Australie doit également faire face au phénomène de mondialisation de la petite balle jaune. « La concurrence a énormément grossi par rapport à l’âge d’or de notre tennis dans les années 60 et 70, constate ainsi Linda Pearce, journaliste sportive au quotidien local The Age. Je ne vois donc pas comment on pourrait connaître d’aussi grands succès dans l’avenir. » Alors que les Laver, Rosewall, Newcombe, Roche, Emerson et Stolle pouvaient squatter en force les premières places à leur époque, comment Bernard Tomic peut-il s’immiscer dans un circuit fermé à double tour par les quatre fantastiques que sont Federer, Djokovic, Murray et Nadal ? Il y a de quoi être découragé… Pourtant, ce même Bernard Tomic apparaît comme le plus sûr espoir des victoires prochaines pour le tennis australien. Révélé en 2011 avec un quart de finale à Wimbledon, il a vécu une dernière saison plus délicate. Agé de seulement 20 ans, il a encore de quoi confirmer les espoirs placés en lui. Idem chez les filles avec Ashleigh Barty, qui vient d’obtenir la meilleure perf de sa carrière lors de la Hopman Cup en dominant Francesca Schiavone. Quant à espérer des résultats sur le long terme, l’ancien spécialiste de double Mark Woodforde plaide pour un retour à ce qui a longtemps constitué « le cœur et l’âme » du tennis local, « un jeu d’attaque agressif et physique », à contre-courant du jeu fond de court qui a tendance à trop se pratiquer aujourd’hui, y compris en Australie. Décriée pour sa lenteur, la fédération semble aussi avoir enfin pris le problème à bras le corps. Elle a mis en place un ambitieux programme de détection et de formation, intitulé « Tennis Hot Shots ». Enfin, d’anciennes gloires telles que Tony Roche, Pat Cash et Patrick Rafter ont décidé de donner un coup de main en acceptant différents postes à responsabilité. « Après tout, même si les temps sont durs, le tennis reste un sport aimé ici, assure Margie McDonald, journaliste au quotidien The Australian. Et c’est parce que nous aimons y jouer qu’il ne disparaitra pas. Je garde espoir de revoir un de nos compatriotes reconquérir un jour l’Open d’Australie. » Ce qui n’est plus arrivé depuis Mark Edmondson en 1976 chez les hommes et Chris O’Neil en 1978 chez les femmes. Par Régis Delanoë    

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus