« Certains amateurs gagnent plus d’argent que les pros »

27 nov. 2012 à 18:43:21

« Certains amateurs gagnent plus d’argent que les pros »
Jeune retraité de 27 ans, le Français Charles-Antoine Brezac raconte sa récente vie de galérien de joueur de tennis professionnel des bas-fonds du classement ATP. Loin, très loin des meilleurs mondiaux, à un niveau...

Jeune retraité de 27 ans, le Français Charles-Antoine Brezac raconte sa récente vie de galérien de joueur de tennis professionnel des bas-fonds du classement ATP. Loin, très loin des meilleurs mondiaux, à un niveau où chaque point est un sou gagné.

  Pourquoi avoir décidé de mettre un terme à votre carrière professionnelle ? Tout simplement parce qu’elle ne me faisait plus rêver. Revenant de blessure, j’ai chuté encore au classement (506e fin 2012), ce qui fait que j’aurais dû repartir dans le circuit des tournois Futures, pour espérer un jour revenir titiller les Challengers et approcher les qualifications pour les grands tournois. La route est longue, trop longue à mon goût.   Quand vous êtes passé pro en 2008, c’était avec des objectifs précis ? Ouais, j’avais déjà prévu de faire le point au bout d’un an et j’ai vu que je progressais. A partir de là, je considérais qu’en commençant à jouer régulièrement des tournois Challenger, à toucher les qualifications des tournois du Grand Chelem et des Grand Prix, je pouvais considérer avoir passé un cap et laisser tomber les Futures. C’est une étape importante à franchir. D’abord parce que le niveau y est bon. Ensuite parce que c’est franchement pas une vie terrible. Parfois c’est mal organisé, souvent tu joues devant personne, au final tu gagnes très peu voire pas du tout d’argent… En plus, les conditions de jeu sont difficiles. Pour toutes ces raisons, les Futures sont un passage obligé mais qui doit théoriquement ne pas durer. Moi clairement, là, je stagne et je n’ai pas envie de continuer à ce niveau, où tu joues sans prendre de plaisir.   L’étape entre les Futures et les Challengers est dure à franchir ? Assez ouais. La frontière se situe au niveau des 260, 270e mondiaux. Là tu peux commencer à te faire un calendrier sympa avec des gros Futures et des Challengers, faire quelques qualifications de temps en temps. Tu n’es plus obligé de t’inscrire dans des tournois obscurs à 10 000 dollars la dotation.   Y a-t-il eu des moments précis où vous vous êtes demandé ce que vous foutiez là ? Pas exactement, c’est plus une accumulation. Les semaines passent, les mois passent, t’enchaînes les hôtels, les voyages, pour peu de résultats, ça finit par devenir lassant. Surtout qu’après avoir eu pendant un temps l’opportunité de jouer des Challengers, devoir repartir sur des Futures donne l’impression de régresser.   Les pires souvenirs ? Lors de la tournée aux Etats-Unis en juillet dernier, j’ai perdu des matchs que j’aurais dû gagner. C’est autant de points, d’argent et de confiance qui s’envolent et c’est difficile à accepter. C’est là que dans mon esprit, j’ai fait la bascule et commencé à songer à arrêter. J’ai aussi mal vécu des tournois au Brésil, un pays que j’avais hâte de découvrir et que j’ai trouvé complètement pourri ! Bon, il faut dire que j’étais pas dans les coins les plus cotés, genre Brasilia la capitale, qui est une ville administrative sans aucun intérêt. Je compte refaire un périple là-bas comme touriste pour découvrir le pays dans de meilleures conditions.   Il reste quand même de bons moments ? Bien sûr ! J’ai gagné quelques titres en Futures, vécu de belles aventures en double avec mon pote Vincent Stouff, réalisé quelques belles qualifications, dont Roland-Garros en 2011… J’ai eu l’occasion de jouer des mecs du circuit comme Raonic, Goffin ou Mahut. En août dernier, j’ai aussi pu disputer un super match au Challenger de Pozoblanco face à Robredo. Je perds au tie-break du troisième set, seul contre tous les Espagnols en tribune ! J’ai adoré également les tournois au Canada, où j’ai dormi trois ans de suite chez l’habitant. Je crois pas avoir découvert des gens plus adorables que les Québécois.   On peut se faire des potes sur le circuit pro ? De ce point de vue, je ne m’attendais pas à grand-chose et j’ai été agréablement surpris. J’ai rencontré des gens très sympas qui sont devenus de bons copains. D’un tournoi à l’autre, on croise souvent les mêmes, on se salue, on discute… C’est assez marrant, tu as des joueurs qui ont à peu près le même âge et le même niveau, alors on a la même progression. A côté de ça, il y a des mecs qui vont passer leur carrière entière chez les Futures, passer 8 ans, 10 ans, voire plus à ce niveau. Je suis carrément admiratif. Tous les ans, les gars doivent repartir en se disant, « allez, cette année ça va passer, les Challengers c’est pour toi ! », et en fait non. Niveau force de caractère, c’est assez dingue. Perso, j’en aurais été incapable.   D’autant que financièrement, c’est galère… Totalement. Un tournoi Future de base, c’est 10 000 $ de dotation totale, ce qui fait moins de 1 000 $ pour le vainqueur. Sauf que t’as les frais à gérer : l’avion, l’hôtel, la bouffe, le cordage… A la fin de ta semaine, il te reste pas grand-chose, voire rien. Dans un pays qui coûte cher comme l’Angleterre par exemple, t’as 400 euros de frais rien que pour y aller, 300 euros minimum pour vivre sur place. Si tu n’atteins pas la finale, tu perds de l’argent. Certains amateurs gagnent plus d’argent que les pros.   Ne manque-t-il pas une structure d’encadrement des joueurs professionnels à ce niveau ? Si, parce qu’on en est réduit à discuter entre joueurs pour se conseiller mutuellement et éviter les galères. L’ATP intervient seulement pour les joueurs du top 150, avec des séminaires pour gérer l’argent et ce genre de choses. En-dessous, c’est la débrouille.   Vous conseilleriez quand même à des bons joueurs amateurs de tenter le coup ? Clairement, oui. Si un joueur a ça en tête, il faut tenter le coup. Par contre mieux vaut éviter de foncer tête baissée sans avoir assuré un minimum de diplômes, au cas où. A moins qu’il ait un potentiel incroyable et est sûr de briller, c’est une grosse connerie de ne pas songer à l’après carrière. On ne sait jamais ce qui peut se passer. Perso, j’ai fait des études de Droit avant et je suis prêt à y retourner maintenant. Sans regret, avec l’impression d’être allé au bout du truc et d’avoir vécu une belle aventure quand même.   Par Régis Delanoë  

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus