Je suis, d'habitude, assez sévère avec les commentateurs des différents médias. J'avoue chercher souvent la petite bête, que je finis souvent par trouver, d'ailleurs. Sur l'Open d'Australie, je me creuse la tête mais...
Je suis, d'habitude, assez sévère avec les commentateurs des différents médias. J'avoue chercher souvent la petite bête, que je finis souvent par trouver, d'ailleurs. Sur l'Open d'Australie, je me creuse la tête mais je ne trouve pas grand chose à redire sur la production d'Eurosport. Le commentaire est sobre, bien qu'un tantinet franchouillard lorsque les Français sont sur le court. A leur décharge, ce n'est pas un exercice facile d'enchaîner les heures de commentaires. Laisser paraître un peu plus de sentiments lorsqu'un un compatriote entre sur le court ne me choque donc pas plus que ça. Les deux consultantes, Amélie Mauresmo et Emilie Loit font, à mon avis, du très bon travail. Pour ce qui est des autres consultants, il serait peut-être bien de renouveler quelques têtes. Une fois de plus, ça n'engage que moi. J'ai aussi remarqué, et je ne sais pas si c'est volontaire, que pendant certains matches, comme celui de Jo-Wilfred Tsonga contre Go Soeda, il y a pas mal de passages où les micros restent muets. Ma première réaction était de me dire : « ils font une pause clope ou quoi ? ». Puis j'ai réalisé que ce silence étourdissant provenant de la cabine de commentateurs d'Eurosport me plaisait énormément. Une diffusion vierge de commentaire m'était finalement très agréable. Elle me permettait de faire ma propre analyse du match plutôt que d'être soumis à celle de quelqu'un d'autre. Puis, je me suis mis à rêver d'une finale de Grand Chelem sans commentaire. Uniquement les bruits du match. J'ai poussé le rêve encore un peu plus loin, en imaginant aussi un court dénudé de sponsors, des tenues sans logo, des raquettes sans stencil. Je ne suis ni naïf ou utopiste, mais avouez que de temps en temps, ça serait agréable et reposant pour les yeux. Bien évidemment, toute la population qui gravite autour du tennis, moi inclus, a besoin des ces sponsors pour manger, mais l'expérience serait sympathique. J'ai repris mes esprits lorsque la régie a envoyé la coupure pub...