Nadal puissance 13

11 oct. 2020 à 17:04:00

Nadal puissance 13
Incroyable, inimaginable, monstrueux... Rafael Nadal a ENCORE gagné Roland-Garros ! Et cette fois-ci il n'y est pas allé de main morte en terrassant littéralement Novak Djokovic 6-0 6-2 7-5. Un 13ème Roland synonyme de 20ème titre du Grand Chelem, comme un certain Roger Federer.

2020 est définitivement une année pas comme les autres. A année pas comme les autres, on s'attendait à un vainqueur de Roland-Garros sortant de l'ordinaire. Thiem fraîchement auréolé de son 1er US Open ? Djokovic voulant se racheter une conduite après sa disqualification dans ce même tournoi ? Ou alors un petit jeune : Medvedev, Tsitsipas ?... D'autant quand les conditions automnales – voire hivernales – sont censées gêner considérablement le tenant du titre et son lift dévastateur, plus à leurs aises par temps sec. Il n'en a rien été. Même en 2020, Roland reste Roland et Rafa reste Rafa.


Avant de se retrouver pour un 56ème choc qui s'annonçait explosif, les deux finalistes Novak Djokovic et Rafael Nadal ont pour point commun d'avoir inquiété leurs fans tous les deux lors de leur premier vrai test du tournoi, en quarts de finale. L'un en perdant un set face à Carreno-Busta, l'autre en étant bousculé par le jeune Sinner. Mais ils ont su, tout les deux aussi, remettre les pendules à l'heure en haussant leur niveau de jeu pour arriver presque sans encombres jusqu'en finale. Cette finale qu'on imaginait comme une conclusion en apothéose du tournoi entre les deux meilleurs joueurs du moment.

La montagne a accouché d'une souris

Malheureusement, il n'en fut rien. Dès le coup d'envoi ou presque, la montagne a accouché d'une souris. 6 minutes de jeu à peine et Novak Djokovic concède un 1er break. Emoussé, pas en jambes et surtout défaillant au service – 29% de réussite sur 1ère balle seulement – le N°1 mondial inquiète et encaisse vite un double break. Les échanges sont disputés mais le Djoker ne parvient pas à redresser la barre, et finit par laisser filer la 1ère manche 6-0 en 46 minutes.

En face, le rouleau compresseur Nadal est lancé à fond de 5ème. En pleine confiance, il ne commet quasiment aucune erreur, quand son adversaire enchaîne les fautes directes. Si bien qu'au deuxième jeu de service, Djoko se fait une nouvelle fois breaker. Un avantage que Rafa ne lâchera pas pour boucler la 2ème manche 6-2, ne commettant que 3 fautes directes contre... 28 pour le Serbe !

Rarement aussi dépassé


Mais qu'arrive t-il à Novak Djokovic ? Méforme, blessure ? Il le dira peut-être dans les prochains jours, toujours est-il qu'on l'a rarement vu aussi peu en mesure de faire face à son meilleur rival Nadal. En grand champion qu'il est, il tente de résister d'avantage dans le 3ème acte, réussissant enfin deux jeux de service d'affilée. Mais à 2-2, le N°1 mondial retombe dans ses travers, passant à côté pour offrir le 1er break de ce 3ème set à Nadal. Le Djoker s'arrache tout de même pour débreaker dans la foulée, jusqu'à 5-5. Là, une vilaine double faute suite à un challenge de Nadal validé par l'arbitre, offre un nouveau break au tenant du titre. Une occasion bien trop belle pour Rafael Nadal qui ne tremble pas au service ensuite pour s'adjuger un 13ème titre Porte d'Auteuil.

Cette fois-ci, le roi de la terre battue, qui le sera surement pour encore longtemps, ne s'allonge pas sur la terre – trop froide ? - mais contemple, à genoux, son œuvre : 13 Roland-Garros et 20 titres du Grand Chelem. Comme le grand Roger Federer qui semblait indépassable il y a de ça quelques années. Incroyable, inimaginable, monstrueux !

Chez les dames, la finale n'a pas non plus laissé beaucoup de place au suspense. Inflexible et imperméable à la pression lors de sa toute première finale de Grand Chelem, la Polonaise de 19 ans Iga Swiatek, qui n'avait jamais gagné un seul tournoi jusque là, s'est imposée face à une Sofia Kenin diminuée par une blessure 6-4 6-1. Lady Iga !

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus