Ça y est, le quart de finale de la Coupe Davis by BNP Paribas est lancé. Pour nous, France-Etats-Unis à Monte-Carlo, c'est énorme ! La France a son leader Jo Tsonga (6e mondial) accompagné de Gilles Simon, loin...
Ça y est, le quart de finale de la Coupe Davis by BNP Paribas est lancé. Pour nous, France-Etats-Unis à Monte-Carlo, c'est énorme ! La France a son leader Jo Tsonga (6e mondial) accompagné de Gilles Simon, loin d'être n'importe qui sur la planète tennis, et en double de la paire Llodra-Benneteau. En face, les Etats-Unis alignent l'immense John Isner, 11e joueur mondial tout de même et les jumeaux Bryan, l'une des meilleures équipes de double de l'histoire du tennis. Seul intrus, Ryan Harisson (66e) qui remplace le "sympathique" Mardy Fish (9e) qui, comme Monfils (14e), a déclaré forfait à la dernière minute. Avouez que ce n'est pas mal comme casting. Mais ce n'est pas tout. Monte-Carlo, le lieu de la rencontre, mythique étape du tennis, fait de ce duel un événement encore plus extraordinaire. Bref un week-end de rêve pour les fans de tennis. En lisant l'Equipe ce matin (hier), je suis pourtant tombé à la renverse lorsque j'ai découvert une petite brève dans la rubrique tennis. Une petite brève qui en dit long sur l’intérêt que portent au tennis nos concurrents d'un week-end. Il y aura, en tout et pour tout, CINQ journalistes américains sur cette rencontre. Pour vous donner un ordre d'idée, il y aura 113 journalistes français. Alors oui c'est plus facile pour nous, mais il ne faut pas non plus exagérer. Ce n'est pas si compliqué de faire un voyage transatlantique. Je rappelle que certains voyages domestiques aux Etats-Unis sont aussi voire plus longs qu'un New-York / Paris. C'est Monaco, la destination finale, pas Papeete ou Nouméa. Je pense que cette fois, le message est clair : les Américains se contrefoutent de cette fin de semaine monégasque. Mais ce n'est pas le pire. Ce qui est terriblement triste, c'est que la majorité des Américains, je vous le garantis, ne seront même pas au courant que leur équipe nationale a disputé une rencontre face à la France. Quelle étroitesse d'esprit. Qui sont ces décideurs rédactionnels américains qui, ne voyant pas plus loin que le bout de leur nez, ont fait le choix de ne pas couvrir l’événement ? On ne se rend pas bien compte à quel point les Américains ignorent superbement ce qui se passe ailleurs que chez eux. Je l'avais déjà remarqué avec les JO de Pékin en 2008, que j'avais tenté de suivre depuis les Etats-Unis. Pratiquement aucune chaîne de télé ne les retransmettaient. Mis à part le beach-volley féminin, et son inévitable équipe de « stars and stripes » ultra favorite, un peu de gym qui offrait quelques chances de médailles et la natation avec Phelps, pas grand-chose. Même le 100 mètres d'Usain Bolt n'était pas en direct mais en différé de … 24 heures. C'est bien des Jeux Olympiques dont je vous parle, le plus grand événement sportif de la planète. Alors pensez ... Un quart de finale de Coupe Davis, qui ne se joue même pas "at home"... Pfffff..... Finalement, cette brève n'aurait jamais dû me surprendre. Peut-être suis-je un éternel optimiste qui se dit régulièrement : « cette fois c'est sûr, ils vont s'y intéresser ». Mais, entre nous, je pense que là, c'est mort.