L'actu tennis (mais pas que) de la semaine : Kyrgios, pilules et magrets

28 mai 2019 à 07:18:00

We Are Tennis by BNP Paribas vous propose un condensé de la semaine écoulée, sur les courts comme en dehors. Une semaine pré-Roland Garros faite d’un Kyrgios encore agité, de magrets de canard et de viagra municipal.

Lundi 20 mai

Opération destruction pour Nick Kyrgios : « Roland-Garros, ça craint par rapport à Wimbledon. Regardez ce vert. Débarrassez-vous de la terre battue, qui aime la terre battue ? C’est tellement naze. » Heureusement, cet avis tranché n’a pas de conséquence sur l’enthousiasme des amoureux du tournoi parisien. Cependant, l’histoire ne dit pas encore si les six enfants - quatre filles et deux garçons - que vient de mettre au monde par césarienne cette Polonaise de 29 ans seront fans des Internationaux de France. Mais Guy Forget, directeur de l’épreuve, a une idée pour que la compétition fasse des tonnes de nouveaux heureux : « Si on avait une finale entre Roger Federer et Rafael Nadal, des millions de téléspectateurs seraient enchantés. Tous les sports ont besoin de champions emblématiques. L'histoire s'écrit avec eux. On a toujours besoin du feu et de la glace, d'oppositions de style. Entre Nadal et Federer, on a été comblés pendant dix ans. On a vu deux champions qui sont des ambassadeurs formidables, qui se respectent beaucoup et qui sont capables de jouer un tennis comme dans les jeux vidéo. » Et Novak Djokovic, alors ?

Mardi 21 mai

Mauvaise nouvelle : Andy Murray ne devrait pas être « encore prêt » pour tenir son rang à Wimbledon, en juillet prochain. « C’est trop tôt et il y a très peu de chances que je joue en simple. Je commence à peine à me déplacer normalement sur le court, regrette le Britannique. En revanche, je peux potentiellement m'aligner en double, je pense que j'en suis capable. Je n'ai pas mal, j'ai juste besoin de voir à quel point la hanche peut tenir. » Peut-être peut-il demander un remède magique à Jean Debouzy, maire de Montereau (Loiret), qui prend un arrêté municipal pour distribuer du viagra aux habitants afin de les inciter à faire des bébés. Mal de tête pour Reilly Opelka à l’Open de Lyon : il pense avoir converti sa balle de match contre Corentin Moutet dans le tie-break du troisième set mais voit l’arbitre descendre de sa chaise pour déjuger. Quelques instants plus tard, l’Américain perd ce seizième de finale. Autant dire que la poignée de main de fin de rencontre n’a pas duré longtemps.

Mercredi 22 mai

« J’ai entendu ses déclarations. Il est évident qu’il a un problème, sinon il n’aurait pas déclaré cela. Je ne sais pas s’il va aller à Roland-Garros. Mais s’il compte y jouer, il n’a pas été très intelligent… » Mais de qui parle Toni Nadal ? De Kyrgios, évidemment ! D’ailleurs, il ne serait pas étonnant de voir l’Australien participer au concours du plus gros mangeur de magret de canard en ce mercredi 22 mai plutôt que de l’observer s’entraîner près du court Philippe Chatrier. Il se passe justement quelque chose de dingue, sur l’ocre hexagonal : Manuel Guinard, 421e mondial, remporte le deuxième tour des qualifications contre Gianliuigi Quinzi et empoche « plus d'argent que jamais ». À savoir près de 25 000 euros, soit le double de son gain annuel de toute sa saison 2018. En même temps, ce fan de Juan Martín del Potro a croisé son idole juste avant d’entamer sa partie. Un signe, assure-t-il.

Jeudi 23 mai

Deux choses à retenir de ce jeudi. D’abord, la Fédération Internationale de Tennis annonce le retour à un classement unique permettant la distribution de points ATP/WTA sur les tournois Futures au détriment de sa réforme « World Tennis Tour » qui n’a absolument pas fonctionné. Ensuite, James Bruton, ingénieur en robotique au Royaume-Unis, a fabriqué avec l’aide d’étudiants de Portsmouth un robot dont le rôle est de frapper les joueurs de jeux vidéos lorsqu’ils combattent virtuellement. C’est tout. Pour le moment.


Vendredi 24 mai

Katie Boulter est une fille maline. Beaucoup plus, en tout cas, que ce diplomate chinois, Lijian Zhao, taclant Apple sur Twitter… en se servant de son iPhone. Alors qu’elle s’est blessée il y a quelques semaines et qu’elle sait pertinemment qu’elle ne pourra pas participer à Roland-Garros, la Britannique ne retire pas son inscription. Ce n’est qu’après le tirage au sort qu’elle officialise son forfait… ce qui lui permet de conserver son prize money, estimé à 23 000 euros. Évidemment, Kyrgios ne peut qu’applaudir le stratagème : « Elle a gagné le droit de figurer au tirage au sort, non ? En quoi c’est une histoire ? » Denis Shapovalov, lui, jouera bien le tournoi mais l’histoire a mal commencé : alors qu’il s’enregistrait à l’hôtel, le Canadien se fait tirer son sac à dos. De véritables no-go zones, ces quartiers parisiens.


Samedi 25 mai

Avant que Roland-Garros ne débute véritablement, sachez que Benoît Paire a remporté l’ATP 250 de Lyon (devant Félix Auger-Aliassime), qu’Alexander Zverev s’est imposé dans celui de Genève (au détriment de Nicolas Jarry) et que Dayana Yastremska a battu Caroline Garcia en finale des Internationaux de Strasbourg. Notez également qu’une contrôleuse de la Deutsche Bahn a été licenciée pour avoir tourné des films pornographiques dans des wagons vides appartenant aux trains de la compagnie. Allez, c’est parti pour l’univers de la terre battue. Avec le grand retour de Federer, bien entendu.


Dimanche 26 mai

Un peu de politique, tout de même, en cette période d’élections européennes. Afin que chacun puisse se rendre aux bureaux de vote et remplir son devoir de citoyen, la société Lime met gratuitement ses trottinettes en libre-service dans onze pays différents (Espagne, Allemagne, France, Danemark…). Kyrgios, finalement absent des Internationaux de France pour cause de maladie, s’en fiche complètement et préfère se murer dans la méditation philosophique. « Et maintenant me voilà, essayant de sauver le monde, alors que je ne peux pas me sauver moi-même. #searching », poétise-t-il sur Instagram. Toujours est-il qu’à Roland, le premier collier d’exploit est à enfiler autour du cou d’un Nicolas Mahut, qui parvient à sortir Marco Cecchinato (demi-finaliste lors de la précédente édition) après avoir été mené de deux sets. #winning


 

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus