#WeAre10nis Quand les frères Bryan ne faisaient qu’un

10 déc. 2021 à 18:00:00 | par Florian Lefèvre

#WeAre10nis Quand les frères Bryan ne faisaient qu’un
We Are Tennis fête ses 10 ans ! A cette occasion, nous vous faisons revivre cette décennie incroyable à travers une série d’articles sur les faits et joueurs qui ont marqué ces 10 dernières années.

En l’espace de deux décennies, Mike et Bob Bryan ont remporté ensemble 119 titres en double, dont les quatre Grand Chelem à la suite en 2012-13. L’année dernière, les quarantenaires ont fini par prendre leur retraite. Retour sur l’œuvre gigantesque de la meilleure paire de l’histoire du tennis, qui a reçu, en 2015,  le Prix humanitaire Arthur Ashe pour sa fondation caritative, Bryan Bros.

Même quand elle est bousculée par une pandémie mondiale, l’histoire est bien faite. Les frères Bryan avaient prévu de prendre leur retraite à l’issue de l’US Open 2020, mais c’était sans compter sur la propagation du Covid-19 qui a stoppé la saison plusieurs mois. En février, 2020, les jumeaux ayant grandi en Californie, qui vivent désormais en Floride, ne le savent pas encore, mais leur 119e tournoi remporté sera le dernier à leur palmarès et leur ultime apparition sur le circuit ATP. C’était à Delray Beach, dans le Grand Miami, dans leur fief. Ironie de l’histoire, après cette finale, Mike déclare sourire aux lèvres : « On est sur notre petit nuage. Ça pourrait être le bon endroit pour arrêter. On va en parler avec Bob ce soir. S’il veut prendre sa retraite à Delray. (rires)  Mais non, il nous reste quelques beaux mois de tennis devant nous. » En réalité, il ne leur restera qu’un dernier voyage à Hawaï, pour donner le point du double aux États-Unis face à l’Ouzbékistan dans un match qualificatif de Coupe Davis.

« J'avais l'impression d'être étouffé »

De 1998 à 2020, le tandem Mike et Bob a pulvérisé tous les records du double : nombre de matchs (1108), de tournois (119), de Grands Chelems (16) remportés ; nombre de semaines cumulées à la première place du classement ATP (438), de semaines consécutives au sommet du classement (139)... Victorieux d’au moins deux éditions de chaque Grand Chelem, les Bryan forment aussi la seule paire de double qui a gravé son nom au palmarès de tous les titres majeurs du circuit (douze versions des neuf Masters 1000). Au sommet de leur art, en 2012-13, ils ont enchaîné les sacres aux Jeux Olympiques, à l’US Open, l’Open d’Australie, Roland-Garros et Wimbledon. Sans oublier une Coupe Davis en 2007 où ils avaient offert à chaque tour le point du double aux États-Unis. 

« C'est la paire la plus complémentaire qu’on puisse imaginer en double : un gaucher, un droitier. Des jumeaux. Une connexion parfaite. Et voilà, ils ont dominé le classement mondial pendant dix ans », applaudit Michaël Llodra, notamment battu par les Bryan en finale des JO à Londres. Ils avaient tout pour eux. Le gaucher aurait même pu faire carrière en simple, mais il a mis sa carrière en simple entre parenthèses pour rester aux côtés de son frère. »


Quand il a décidé de se consacrer pleinement au double, Nicolas Mahut voyait dans les frères Bryan des « modèles ». « Ils avaient cette particularité : plus ils prenaient l’avantage dans le match, moins ils se parlaient et plus les points s’enchaînaient vite. J’avais le sentiment d’être étouffé. C’était très intimidant », témoigne l’Angevin.

Mais d’où vient cette fluidité qui conférerait presque à de la magie ? Un sixième sens ? Un don de télépathie ? Ou le produit d’un travail de longue haleine ? Mike, le plus âgé (de deux minutes) et le plus petit (de deux centimètres) des jumeaux, clôturait le mystère dans une interview à USA Today en 2008 : « Les gens disent toujours que comme nous sommes jumeaux, nous possédons un don magique et inné de télépathie lorsque nous sommes sur le court. Nous laissons les médias, les fans et les autres joueurs y croire. Mais si nous nous entendons si bien sur le terrain, c'est parce que nous avons joué des milliers de matchs ensemble. » Contre seulement trois l’un contre l’autre en simple, sur le circuit pro (de 1998 à 2000). Bilan : 2-1 pour Mike. 

Des larmes et des forfaits

Si Robert Charles et Michael, leurs prénoms complets, ne communiquent pas par télépathie sur le court, il n’empêche qu’ils sont inséparables depuis le berceau. Cette anecdote qui remonte à leurs naissances en 1978, racontée par leur père, Wayne, en témoigne : « Ils pleuraient, pleuraient, se déshydrataient à cause de toutes leurs larmes. Finalement, une infirmière chevronnée a compris qu'il s'agissait de jumeaux identiques. Elle les a alors simplement mis l'un contre l'autre, et ils ont arrêté de pleurer, et n'ont plus jamais pleuré. » Avocat et musicien, le paternel est également professeur de tennis. La mère, Kathy, est une ancienne professionnelle de la petite balle jaune, avec quatre participations à Wimbledon à son actif dans les années 60. Alors, dans le sud de la Californie, forcément, les jumeaux grandissent avec une raquette en mains et font très vite fait du rectangle blanc leur terrain de jeu. Cependant, leurs parents leur interdisent formellement de jouer l’un contre l’autre en compétition. C’est ainsi qu’au moins une trentaine de fois durant leur jeunesse, quand Mike et Bob, se retrouvaient en finale d’un tournoi, l’un ou l’autre déclarait forfait en alternance et les deux frangins gardaient chacun une main sur le trophée du vainqueur. Tant et si bien qu’aucune rivalité ne s’est développée entre ces deux fans des frères Jensen, une fameuse paire de double des 90’s. 

Et si leur parfaite alchimie constatée pendant deux décennies sur le circuit pro avait été conçue justement à cette période ? « Beaucoup d'enfants qui jouent au tennis rêvent de devenir numéro 1 mondial en simple, déclarait Wayne Bryan dans les colonnes du New York Times en 2020. Mais des frères jumeaux identiques qui ont exactement le même ADN, les mêmes parents, le même encadrement et le même club… Comment pouvez-vous devenir numéro 1 au monde si vous êtes numéro 2 dans votre propre chambre ? Nous n'avons donc jamais voulu qu'ils se mesurent l'un à l'autre. Ils sont nés pour jouer en double. »

Chest bump, mur et talk-shows

En 1996, les Bryan remportent l’US Open Junior en double. En 1998, ils établissent leurs premières victoires sur le circuit pro. A l’époque, Mike, le droitier, retourne à droite et Bob, le gaucher, retourne à gauche. Mais ils vont rapidement inverser cette configuration, en vue d’avoir chacun leur coup droit « à l’intérieur » du court à la réception du service adverse. « Pour la simple et bonne raison que le gaucher faisait très mal avec son coup droit au centre, analyse Llodra. Et le droitier, lui, retournait très bien des deux côtés. »

Si Bob est meilleur au service et Mike plus redoutable au retour, les deux jumeaux ne font qu’un à la volée. « Ils étaient très durs à passer, ils ne rataient pas. Ils faisaient le mur », affirme Llodra. Un mur constitué de deux piliers identiques car les Bryan partagent tout : la même tenue, la même casquette, la même raquette… « C’est devenu une marque de fabrique. Et quand ils étaient au filet, certains ne se rappelaient plus qui était Bob et qui était Mike… », glisse Lionel Roux, ex-entraîneur de l’équipe de France de Coupe Davis, aujourd’hui commentateur tennis sur beIN Sports.


Mahut, lui, assure avoir toujours distingué l’un et l’autre sur le court en fonction de leurs caractéristiques tennistiques respectives. En dehors, en revanche… « Je les ai côtoyés pendant une quinzaine d’années, eh bien, pendant plus de dix ans, quand ils étaient ensemble, je n’arrivais pas à les reconnaître. Même quand j’en croisais un des deux, je ne savais jamais à qui je parlais ! » Ce qui, heureusement, n’arrivait pas si souvent, vu que les jumeaux avaient une relation fusionnelle au quotidien. Ainsi, en 2009, alors qu’ils étaient déjà trentenaires mais pas encore pères de famille, Bob et Mike avouaient au New York Times n’avoir été séparés l’un de l’autre plus d’une semaine qu’à seulement trois reprises dans leur vie. 

Pour célébrer leurs (nombreuses) victoires et des points importants sur le court, les Bryan sprintent face à face et sautent l’un contre l’autre, poitrine contre poitrine. Exporté sur les courts des cinq continents, ce chest bump est une autre marque de fabrique de la fratrie basée en Floride. « Au début, on les prenait un peu pour des provocateurs, retrace Llodra, qui est arrivé sur le circuit à la même période que la doublette américaine. C’est des Américains. Ils ne faisaient pas ça pour déstabiliser leurs adversaires, mais ça pouvait rendre fous certains joueurs… » « Ils étaient plus forts et ils voulaient le montrer. Peut-être pas toujours de façon intelligente, mais pas forcément réfléchie non plus », note Roux, ancien entraîneur de Llodra. Reprise au fil des années par les autres joueurs du circuit, la célébration du chest bump est une performance de coordination en soi que Novak Djokovic en exhibition ou Lleyton Hewitt  n’ont pas toujours réussi avec style.


Au-delà du palmarès, c’est aussi ce sens du spectacle qui a fait la légende des Bryan. Souvent programmés sur les courts centraux, les jumeaux étaient capables de remplir aisément les 22 000 sièges du court Arthur-Ashe de l’US Open. « Aux Etats-Unis, c’est des stars. Ils ont été invités à tous les talk-shows, assure Roux. Ils sont aussi connus qu’un Jim Courier, un Michael Chang ou un Pete Sampras. » Avec le départ à la retraite des Bryan en 2020, le tennis en général et le double en particulier ont perdu deux de leurs meilleurs ambassadeurs. « Ça manque de successeurs, conclut Mahut. Ils ont laissé un grand vide. » Parole de l’un des vainqueurs du dernier Masters de double aux côtés de Pierre-Hugues Herbert. 

Avantages

Découvrez les avantages WE ARE TENNIS

En savoir plus