We Are Tennis by BNP Paribas vous propose un condensé de l’actualité tennis de la semaine écoulée, sur les courts mais aussi en dehors. Une semaine où Nadal a fait la loi à Roland-Garros, où Swiatek a inscrit la Pologne pour la première fois au palmarès parisien et où un poème de Mao Zedong a été découpé par un ignorant.

Lundi 5 octobre

Respecter les gestes barrières, toujours. L’Airbus A330neo de la compagnie aérienne Garuda Indonesia donne ainsi le bon exemple, puisqu’il porte désormais un masque bleu à l’avant de son fuselage. Idem à Roland-Garros, où la distanciation sociale est de mise et où les supporters sont beaucoup plus rares que durant les autres éditions. Ce qui peut poser des problèmes, quand un journaliste comme Nelson Monfort parle trop fort. Qu’en pensent John Isner, Elliot Benchetrit et leur arbitre ?

Mardi 6 octobre

« Le problème, c’est le temps. Ce n’est bien sûr pas idéal de finir à 1h30 du matin, mais il fait surtout trop froid pour jouer. Il fait très, très froid. Le tennis est un sport où on a beaucoup de temps morts, donc je pense que c’est un peu dangereux pour le corps de jouer dans ces conditions. » Rafael Nadal a dû disputer son quart de finale contre Jannik Sinner en pleine nuit, et il n’est pas content. Pas la peine de lui conseiller un petit tour au Burger King, qui réclame officiellement une étoile au Michelin. L’Espagnol est du genre à repérer les arnaques, et à les éviter.


Mercredi 7 octobre

Trois nouvelles, ce mercredi. La mauvaise, d’abord : testé positif au coronavirus, David Goffin ne pourra pas disputer le tournoi de Saint-Pétersbourg. Les bonnes, ensuite : le Rolex Paris Masters aura bien lieu à l’Accor Arena de Bercy début novembre, et quatre SDF tirent le gros lot à Brest en gagnant 50 000 balles grâce à un ticket à gratter offert par un passant. Qui n’a déboursé qu’un petit euro, lui…


Jeudi 8 octobre

Quel point, mais quel point ! Si Sofia Kenin s’impose dans le dernier carré devant Petra Kvitová, cette dernière peut se vanter de remporter l’échange de la semaine chez les femmes. Et même de le fêter avant qu’il ne soit terminé, la Tchèque serrant le point avant que son adversaire ne lui renvoie la balle ! De quoi sourire, à l’instar d’Adam Deering. Ce Britannique devenu millionnaire vient en effet de racheter l’immeuble d’une banque qui lui avait refusé un prêt, il y a plus de vingt ans. La vengeance est un plat qui se mange très froid, et toujours pas au Burger King.


Vendredi 9 octobre

La journée des caresses, entre bourreaux et victimes. Stéfanos Tsitsipás, à propos de Novak Djokovic qui le prive de finale : « Une fois de plus, il a montré l'athlète incroyable qu'il est et ce qu'il sait faire sur un court. C'est un des adversaires les plus redoutables que j'ai pu rencontrer dans ma vie, j'ai un immense respect pour ça. Il m'a vraiment posé de grosses difficultés, il met notamment beaucoup de pression en retour. Il a presque atteint la perfection et il sait tout faire, en matière de tennis. C'est assez incroyable, pour être honnête. » Diego Schwartzman, sur Nadal qui l’a éjecté en trois manches : « On connaît Rafa, il trouve toujours la solution. Dans le troisième set, quand je jouais mieux que lui, il a été capable de sortir trois coups gagnants pour tout renverser. Quand il a fallu, il a mieux servi. Il sait comment faire pour s'en sortir, et c'est pour ça qu'il est en finale. » Djoko, concernant l’homme qui s’apprête à l’exploser sur la dernière marche : « Ici, c'est sa maison. Mais en 2015, j'ai gagné contre lui en quarts. Je dois être à mon meilleur niveau, c'est le plus grand challenge de notre sport de jouer Nadal à Roland-Garros. » Au fait, saviez-vous qu’une image d’oignon pouvait être censurée sur Facebook ? C’est ce qui est arrivé au compte de Gaze Seed Co., un magasin de semences et d'engrais au Canada. De quoi pleurer, en épluchant les lois juridiques.


Samedi 10 octobre

Deux histoires, aux conclusions inversées. Voici la première. Elle coûtait plus de 250 millions d’euros, mais il l’a découpé en deux pour pouvoir la transporter. Il pensait qu’elle ne valait rien car il l’avait acheté 50 livres sur le marché noir, mais il s’agissait en réalité d’un authentique rouleau de calligraphie réalisé par Mao Zedong. Ce poème de l’ancien dictateur chinois, œuvre d’art à la valeur inestimable, son propriétaire l’a en partie détruit alors qu’il aurait pu faire fortune. Voilà la seconde. Elle faisait grosse impression, mais elle n’a que 19 ans. Elle n’avait perdu aucun set, mais Kenin se dresse devant elle. Iga Swiatek, deuxième Polonaise à accéder à la finale des Internationaux de France, devient pourtant la première joueuse de sa nation à soulever un trophée du Grand Chelem. Deux histoires incroyables, mais vraies.

Dimanche 11 octobre 

Ça y est, personne ne pourra plus jamais objectivement dire que Roger Federer est le meilleur joueur de l’histoire du tennis. Car un certain Nadal l’a statistiquement rejoint en raflant un vingtième titre majeur – son treizième, à Roland ! –, après avoir explosé Djokovic. En cet historique dimanche 11 octobre, les choses essentielles de la vie se passaient de toute façon au sein de l’Hexagone : Anne Hervé retrouve son alliance perdue il y a 40 ans sur une plage des Côtes-d’Armor, et Daniel Cotrel cueille la pomme la plus lourde du monde (1,868 kilo, contre 1,849 pour l’ex-record japonais de 2005) dans la Somme. Garantis sans produit dopant.