Accueil Mag Article

La classe à Dallas, euh à Toronto !

Rafael Nadal s'est imposé en finale à Toronto face à Stefanos Tsitsipas. Mais avant de soulever la coupe, l'Espagnol a fait preuve d'un grand fair play pendant le match.

Durant la finale  de Toronto, remportée par Rafael Nadal (vamos Rafa!), son 80e titre et son 33e Masters 1000, il y a eu un fait de jeu sur lequel je souhaiterais revenir.

Mise en situation : le score est 6-2 5-3 pour Nadal et Tsitsipas est au service. Il mène 30/15. Le Grec effectue son lancer de 1ere balle et au moment où elle est en l'air et avant qu'il ne l'a frappe, un spectateur crie et le perturbe complètement. Sa balle sort de 12 mètres. L'arbitre explique qu'il ne peut faire rejouer la première balle et qu'il peut uniquement demander aux spectateurs de rester silencieux pendant les points. Tsitsipas est défait car le règlement ne joue pas en sa faveur mais le sens commun oui. C'est à ce moment que le numéro 1 mondial, de l'autre côté du filet, lui rend sa première balle et permet au jeu de continuer.

Regardez plutôt  :

Pour moi il y a deux aspects qui sont essentiels dans ce cas.

Ingrédients poussant à l'ignorance

Tout d'abord, l'aspect réglementaire. La règle veut que le point ou le service soit rejoué uniquement si les deux joueurs sont gênés par un objet qui tombe sur le court genre casquette ou un chat qui traverse le court. Mais lorsqu'un spectateur crie, la règle veut qu'on ne rejoue pas le point. «  Pardon my French  », comme disent les Anglais, mais c'est vraiment très très con  ! Le joueur a clairement été gêné par ce bruit. Cela fait partie de ces non-sens du tennis. Du coup, l'arbitre de chaise passe pour un méchant car il n'a pas le droit de faire rejouer le point, et ne peut, comme vous l'avez vu dans la vidéo, que faire une annonce pour demander au public de respecter le silence pendant les échanges. Par contre, il aurait pu faire preuve d'un peu plus de psychologie. En premier lieu, il aurait pu expliquer au public que Nadal a rendu la première balle à son adversaire et il aurait aussi pu insister un peu plus lourdement de manière à ce que même les moins éclairés dans l'assistance comprennent qu'il s'agit d'un match de tennis et pas de baseball à base de pop-corn, hotdogs, coca et autres ingrédients poussant à l'ignorance.

Plus d'un auraient regardé dans l'autre sens

Le second aspect de ce fait de jeu est évidemment la classe (pas à Dallas mais à Toronto pour le coup) du numéro 1 mondial Rafael Nadal. Il n'a aucune obligation de faire ce qu'il a fait. Ce n'est pas un geste calculé. C'est totalement instinctif. C'est un geste de bon sens. D'ailleurs, le règlement du tennis ferait bien de s'en inspirer. Pour la petite histoire, Tsitsipas a fini par remporter son jeu de service avant de refaire son break de retard. Le Grec a forcé le tie-break et aurait, qui sait, même pu gagner le match s'il avait réussi à pousser au 3e set. Mais le geste de Rafa est élégant et à montrer dans toute les écoles de tennis. J'en connais plus d'un qui auraient regardé dans l'autre sens en attendant que "Stef" commette une double faute, pour ensuite serrer le point. Mais pas Rafa. Ce garçon a été élevé comme quelqu'un de normal, ce qui n'est pas une mince affaire dans le monde du tennis. 

Donc oui personne n'est parfait, mais certain s'en rapprochent.

Article rédigé par

Eli Weinstein

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?