Accueil Mag Article

Jour après jour, avec John Isner, le vin d'Amélie Mauresmo et un poisson d'avril

Le meilleur de la semaine écoulée, sur les courts comme en dehors, jour après jour, rien que pour les lecteurs de We Are Tennis by BNP Paribas. Avec un tennis américain au zénith à Miami, la révélation Danielle Collins et la fausse carrière polaire de Tomas Berdych.

Lundi 26 mars

Décalage horaire oblige, l’Europe du tennis se réveille avec les résultats de la nuit outre-Atlantique. Les news de ce 26 mars au petit matin ? Les victoires de Dimitrov, Nishikori, Mertens, Bertens et Gavrilova à Miami. Plus tard dans la journée, elles seront suivies par celles de Zverev, Kyrgios, Stephens et Ostapenko. Nadal n’est pas en Floride mais repasse numéro 1 mondial au détriment de Roger Federer. Andy Murray, lui, reprend l’entraînement. Ailleurs dans le monde, un serveur canadien, licencié de son bar pour son attitude jugée trop agressive, se dit “victime de discrimination contre sa culture française.” Après l’agressivité, la ponctualité made in France : un train circulant dans le nord de la France accuse près d’une heure de retard, la faute selon son conducteur au passage à l’heure d’été qui n’aurait pas été anticipé à l’horloge de la gare de départ. Le début d’un film de Jacques Tati ?

Mardi 27 mars

Opposé à Thanasi Kokkinakis, Fernanda Verdasco se plaint de l’attitude trop bruyante du clan de son adversaire. Finit par l’emporter mais Kyrgios vient au secours de son adversaire sur Twitter : “Verdasco est le joueur le plus sale, il doit être frustré de ses succès contre les Australiens.” Un message rapidement effacé mais qui ne manque pas de piquer au vif l’Espagnol, toujours sur Twitter : “Quand on a le courage de faire un tweet pour insulter un autre joueur, tu dois avoir le même courage de ne pas l’effacer.” Dans le tableau féminin, aucune polémique mais des surprises : la revenante Victoria Azarenka profite de sa wild card pour enchaîner les tours et reprendre de la confiance, tandis que la qualifiée Danielle Collins se pose en révélation du tournoi. Mais la grosse performance du jour est footballistique, avec le carton 6-1 infligé par l’Espagne face à l’Agentine. Pour le deuxième set, rendez-vous en Russie en juin.

https://www.youtube.com/watch?v=rXK2NByq79g

Mercredi 28 mars

Ciel gris pour le tennis français : Jérémy Chardy, dernier tricolore en lice à Miami, se fait sortir facilement par Milos Raonic. Quant à l’équipe de Coupe Davis par BNP Paribas tenante du titre, entre blessures, méforme et choix du capitaine Yannick Noah, elle est privée pour la première fois depuis 2005 de ses quatre “mousquetaires” : Tsonga, Monfils, Simon et Gasquet. Coup dur, encore : la retraite annoncée de Lionel Chamoulaud, voix du tennis de la télévision française depuis plus de 30 ans. Aucun lien : le Viagra fête ses 20 ans, Zverev domine Kyrgios ; Del Potro punit Krajonovi ; Tiafoe se fait sortir par Anderson et Muguruza repart de Miami sans sa coach Conchita Martinez, virée. Elle est française, Conchita ?

Jeudi 29 mars

Being Serena. Voici le nom du documentaire en cinq épisodes, consacré à l’ex-numéro 1 mondiale et qui sera diffusé sur HBO en mai prochain. En attendant son retour à la compétition, ses jeunes compatriotes font le travail à Miami : Sloane Stephens poursuit sa route, tout comme l’incroyable Danielle Collins, vainqueur de Venus Williams en quart de finale. Pendant ce temps, Eugenie Bouchard affole les réseaux sociaux avec une photo d’elle en train de tremper sa part de pizza dans la sauce soja. Quant à Donald Trump, le président américain continue de virer à tour de bras, cette fois son ancien ministre des anciens combattants, qu’il remplace par son médecin. Frenchy, Donald Trump ?

Vendredi 30 mars

Une finale à Miami, une entrée dans le top 10 de la WTA et une session photos en maillot de bain pour Sports Illustrated : c’est le combo gagnant pour Sloane Stephens. L’Américaine sera opposée en finale en Floride à Jelena Ostapenko, tête de gondole d’une génération 1997 en plein éclosion (Kasatkina, Osaka). Chez les hommes, Alexander Zverev se qualifie pour une nouvelle finale d’un gros tournoi. Il aura pour adversaire John Isner, vainqueur d’un Del Potro lessivé. Pendant ce temps-là, Djokovic divorce d’avec Agassi ; l’émission de TV française Groland est en deuil après la disparition de son président à vie Christophe Salengro. Allez, adieu et… Banzaï !

Samedi 31 mars

7-6, 6-1. Sloane Stephens expédie la finale féminine à Miami et s’offre son deuxième plus grand moment en carrière, après l’US Open l’an passée. Amélie Mauresmo donne aussi de ses nouvelles : la Française n’entraîne plus Andy Murray ni l’équipe de France de Fed Cup, mais s’est lancée dans une nouvelle carrière dans le négoce viticole, via sa société La Cave de l’insolente. Insolence toujours : les jumeaux Bryan enlèvent à Miami leur 115e titre en double… à bientôt 40 ans !

Dimanche 1er avril

La bannière étoilée flotte fièrement dans le ciel bleu de Miami : après la victoire de Sloane Stephens chez les filles et des frères Bryan en double masculin, John Isner remporte à 32 ans le plus gros tournoi de sa carrière en surprenant Alexander Zverev dans une finale en trois sets. Le géant américain empoche enfin un Masters 1000 après trois échecs en finale, à Indian Wells en 2012, Cincinnati en 2013 et Paris en 2016. Le voilà revenu à son meilleur classement : une neuvième place mondiale. Le succès est presque total pour le tennis US avec la victoire en double féminin de Coco Vandeweghe associée à l’Australienne Ashleigh Barty. Ce dimanche de Pâques coïncide aussi, cette année, avec le 1er avril et son banc de poissons. La palme de l’originalité en la matière revient à Berdych, qui annonce sa fin de carrière pour se consacrer à… la recherche scientifique en Antarctique ! Sacré Tomas.

Par Régis Delanoë

Article rédigé par

Régis Delanoë

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?