Accueil Mag Article

Simon et Monfils ça commence bien !

2017 terminée, 2018 démarre et rien ne change.

2017 terminée, 2018 démarre et rien ne change. Le tennis masculin français se maintient au sommet du tennis mondial. On les avait quittés vainqueurs de la Coupe Davis par BNP Paribas et on les retrouve vainqueurs de deux des trois premiers titres de la saison/semaine.

Enfin, je dis rien n'a changé mais en fait si. Quelque chose a changé. Les deux qui ont gagné aujourd'hui étaient les deux grands absents de la finale à Lille. Certes, Gilles y était mais uniquement en qualité de porteur d'eau (il n'y a là rien de péjoratif, des fois que certains seraient choqués par ce terme ). Quant à Gaël, ce n'est pas la finale qu'il a manquée mais toute la campagne.

En plus de la double bonne nouvelle en provenance de Pune et Doha, on en a une troisième, avec le retour en forme de nos deux anciens (désolé les gars mais c'est un statut qu'il va falloir assumer). Ben quoi ? Gilles a eu 33 ans le 27 décembre dernier et Gaël soufflera 32 bougies en septembre.

Ces deux titres sont incroyablement jumelés. Passons l'évident et le fait que les deux titres aient été remportés à quelques heures d'intervalles et par des Français, pour s'attarder sur les Frenchies en question.

Les deux récipiendaires sont eux aussi liés. Monfils et Simon se connaissent depuis tout le temps. Ils ont fait leurs classes côte à côte dans leur carrière respective. Ils ont franchi les paliers ensemble. Les premières finales étaient en 2006 pour Gilles et 2005 pour Gaël. La première victoire était à Sopot en 2005 pour « La Monf » et à Marseille en 2007 pour « Prof ». Tous les deux ont connu leur première sélection en équipe de France en 2009. Bref, des poteaux de 20 ans.

En poursuivant le parallèle, on s'aperçoit que l'un, Simon, a atteint des niveaux totalement inattendus  avec une 6e place mondial en 2009 et treize titres à son actif pour six finales perdues (4e Français derrière Noah, Tsonga et Gasquet), alors que l'autre, Monfils, n'a que sept titres à son actif contre vingt finales perdues. L'un était « overachiever » pendant que l'autre était plutôt « under ».

Ces deux titres se ressemblent aussi car les deux joueurs sortent d'un long tunnel difficile à vivre pour des raisons différentes. Le vainqueur en titre à Doha revenait d'une abscence de 4 mois et demi en raison d'une blessure au genou. La derniière fois qu'il a été aperçu sur un court de tennis compétitif était au 3e tour de l'US Open et son abandon face à un certain … David Goffin. Quant au champion de Pune, il sort tout simplement de sa pire saison : seize victoires seulement contre vingt-cinq défaites.

Encore un point commun, les deux participations pour Monfils et Simon respectivement à Doha et Pune sont dû à des changements de programme avec la demande de wild card last minute pour Gaël et le bouleversement de la routine pour Gilles qui décide de s'aligner à Pune et non pas à Brisbane comme ce fut le cas sept fois ces huit dernières années.

Brisbane justement: tant que la finale de cette année ne sera pas disputée, Gilles Simon et Gaël Monfils seront seuls à se partager la place de number 1 à la « Race ».

Pourvu que ça dure.

Article rédigé par

Eli Weinstein

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?