Accueil Mag Article

Muguruza, l’insoumise

Victorieuse de Wimbledon, Garbine Muguruza a usé de son esprit de révolte pour atteindre les sommets de Londres. Une attitude qui reflète bien sa personnalité.

Victorieuse de Wimbledon un an après son premier Grand Chelem remporté à Roland-Garros, Garbine Muguruza a usé de son esprit de révolte pour atteindre les sommets de Londres. Une attitude qui reflète bien sa personnalité.

 

Quand on s’appelle Williams et qu’on affronte une jeune pousse de 23 ans en finale d’un Grand Chelem, on peut s’attendre à voir un soupçon d’admiration et un peu trop de politesse dans les yeux de l’adversaire. Sauf quand cette dernière se nomme Garbine Muguruza. Lorsque l’Espagnole est opposée à Venus, 37 ans, en finale de Wimbledon, et qu’elle doit défendre deux balles de set dans la première manche, le bras ne tremble pas. Et va même jusqu’à frôler l’irrespect en enchainant neuf jeux de suite, infligeant le premier 6-0 encaissée par l’Américaine à Londres (7-5, 6-0).Voilà comment Muguruza a battu une joueuse qu’elle regardait à la télévision quand elle était enfant (elle soufflait sa sixième bougie quand Venus remportait son premier majeur), qui est considérée comme l’ancienne reine du gazon anglais (cinq titres à Wimbledon) et dont le curriculum vitae du moment est censé faire peur (onzième mondiale contre la quinzième, sept Grands Chelems contre un seul, quatre victoires en cinq confrontations directes, seulement six breaks et aucun set concédés dans le tournoi avant la finale). Un an plus tôt, c’est Serena qui a subi l’insolence de la gamine en finale de Roland-Garros. Ce même mélange de hargne, de rage, de volonté et d’agressivité permet alors à l’outsider de faire trébucher la grande favorite (7-5, 6-4).

 

« La Russe » ou « Garbiniova » 

 

Oui mais voilà : en 2016, Muguruza faisait honneur à sa nation en triomphant sur une terre battue aussi française qu’espagnole. Impossible de la voir aussi l’aise sur l’herbe britannique, pensait-on (Conchita Martines, sa coach, était d’ailleurs la dernière Espagnole en date à être sacrée ici, en 1994). Grave erreur : Garbine déteste qu’on l’emprisonne dans un style, dans un milieu, dans un profil. « Les gens en Espagne adorent me comparer à Arantxa Sanchez ou Conchita Martinez, juste parce que je suis espagnole et que j’ai gagné Roland-Garros, se lasse-t-elle dans les colonnes de Roland-Garros MagazineMais c’est un peu pesant parce qu’on ne joue pas du tout de la même manière. Quand on m’en parle, je dis ‘‘OK’’ et je n’y pense plus. » Alors, la native du Venezuela s’est révoltée en démontrant que non, elle n’était pas condamnée à gagner sur l’ocre quoi que son passeport puisse laisser augurer. « J’ai un style très varié, affirme celle qui était surnommée « La Russe » et « Garbiniova » à l’adolescence. J’ai plusieurs cordes à mon arc. Je peux jouer à l’espagnol quand cela est nécessaire, à la russe quand je le veux. Sur l’herbe, je peux jouer avec un style plus agressif. » En réalité, Muguruza se fout autant qu’elle se sert des commentaires et critiques entendues à son endroit. Jamais aussi forte que dans l’adversité, la joueuse utilise ses points faibles assumés (impulsivité, irrégularité, jeu offensif à outrance) comme armes pour prendre tout le monde à contre-pied. Ce trophée glané à Wimbledon alors qu’elle n’a pas disputé une seule finale depuis Roland-Garros 2016 en est la preuve. « Je crois que les gens en Espagne ont pris de très mauvaises habitudes, regrette-elle. Ils critiquent pour tout, mais ça m’est égal. Pourquoi ? Parce que je n’ai jamais été une joueuse capable de faire une demi-finale chaque semaine. Mon tennis est un jeu à risques. Je frappe fort, je joue avec les lignes… Donc le jour où les prises de risque ne sont pas gagnantes, je peux perdre les matchs. Je perds beaucoup. Je peux gagner un tournoi et me faire sortir au premier tour juste après, mais ça, les gens ne veulent pas le comprendre. Mon tennis ne sera jamais basé sur la constance. »

 

« Je ne veux pas être un robot »

 

Ce style (« dominer le jeu, prendre l’échange en mains ») correspond en tout point au caractère bien trempé de la jeune femme. Allergique à la défaite même si elle la connait régulièrement, Garbine n’a pas encore appris à parfaitement se contrôler. « J’ai toujours été une joueuse avec beaucoup de caractère. Je m’engueulais avec Luis Bruguera alors que c’était le directeur de l’Académie quand j’étais une gamine ! Je m’énerve car je suis très perfectionniste et que je veux toujours gagner, s’amuse-t-elle. Quand je perds aux cartes, je deviens folle. Je dis que je ne jouerais plus jamais de la vie. Au golf, pareil : si je rate le premier coup, j’ai envie de péter le club. » En d’autres termes, Muguruza, qui ressemble davantage à un John McEnroe qu’à un Roger Federer, ne fait pas semblant. Et n’est pas prête de se calmer : « Je suis une personne très émotionnelle et je ne veux pas le cacher. Si je suis contente, je serai démonstrative. Je ne veux pas être un robot. J’aime transmettre des émotions, que les gens me voient naturelles. Si je suis en colère, je peux casser une raquette. Si je suis contente, je peux faire un grand sourire. Je suis incapable d’avoir la ‘poker face’. » Une transparence sincère qui lui a valu quelques problèmes d’ordre social avec ses concurrentes du circuit (qui lui avaient reproché une interview où elle disait que les joueuses se détestaient, selon les retranscriptions du journaliste), mais qui répond à une détermination sans faille. Celle-là même qui l’a forcée à s’entrainer blessée dans un fauteuil roulant en 2013. Celle-là, aussi, qui l’a couronnée nouvelle patronne du gazon.

 

Article rédigé par

Par Florian Cadu

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?