Accueil Mag Article

Vie et mort du bandeau anti-transpiration

Il était un atout charme et un allié pratique. Mais aujourd'hui, il a quasiment disparu et ne réapparaît épisodiquement que grâce à quelques esprits libres. Le bandeau anti-transpiration manque au tennis et surtout à Roland Garros.

Il était le symbole d'une émancipation féminine, un atout charme et un allié pratique. Mais aujourd'hui, il a quasiment disparu de toutes les surfaces et ne réapparaît épisodiquement que grâce à quelques esprits libres. Le bandeau anti-transpiration manque au tennis. Et surtout à Roland Garros.

 

Jérémy Delinbeuf est un bon joueur français de la fin des années 90. Plutôt complet, pas vraiment de défaut. Mais par-dessus tout, il a un style : cheveux longs quasi hippie et bandeau à la Björn Borg. Son compagnon de court de l'époque, Julien Varlet, raconte avec le sourire : « Il disait qu'il tirait sa force de ses cheveux. Il pensait que s'il jouait bien, c'était grâce à ça. Et puis, il avait des origines viking. Du coup, il s'était fait un style comme son idole suédois, court devant et long derrière. S'il n'avait pas ses cheveux, c'était simple, il ne pouvait pas jouer. Je peux vous dire que quand il est arrivé à l'armée, il en a pleuré. Il n'a finalement jamais laissé repousser. » Et il n'a jamais vraiment percé non plus, il est aujourd'hui entraîneur.

 

Brigitte Bardot, talons et jazz

 

Mode et tennis ont toujours été liés. Au début du 20e siècle, la discipline est encore considérée comme un loisir élitiste. Les hommes le jouent en costume trois pièces, les femmes en talons et chapeau. Et puis arrive un homme qui porte le bouc comme personne d'autre, mais surtout qui comprend que les vêtements d'alors ne sont pas du tout adaptés à la discipline. Paul Poiret est un couturier français et il va notamment aider Suzanne Lenglen à devenir plus libre de ses mouvements et à ne plus être obligée de rester à la volée. Jupe beaucoup plus courte qu'à l'accoutumée, coupe de garçonne et donc un bandeau bien large pour éviter de se retrouver avec des cheveux dans les yeux. Voilà donc pour la première apparition de cet outil capillaire, synonyme quelque part d'une volonté d'émancipation féminine.

 

 

Brigitte Bardot, Audrey Hepburn, Grace Kelly passent par-là, démocratisent la mode mais pour qu'elle s'applique aussi au tennis, de manière plus globale, il fallait plus qu'un précurseur. Il fallait un modèle. Il s'appelle Torben Ulrich et c'est le premier hippie de la terre battue. Il n'a pas vraiment marqué l'histoire de Roland Garros, mais au moins une chose est sûre : les bars de jazz de Saint-Germain-des-Prés se souviennent de lui. Grosse barbe et cheveux bien longs, il passe le plus clair de ses soirées parisiennes à faire de la musique. S’il n'est passé professionnel qu'à 40 ans, c’est l’un des premiers, dans les années 60, à assumer et à revendiquer le bandeau pour son côté esthétique et sa connotation baba plutôt que pour son côté pratique. Et puis en couche-tard, il refuse tout au long de sa carrière de jouer tôt le matin, l'indice ultime (s'il en fallait encore un) qu'il n'était pas vraiment là pour la compétition mais plutôt pour le style.

 

Agassi, le dernier héritier

 

Si avant lui, Thomaz Koch avait déjà tenté le bandana dans les cheveux, difficile de remettre la paternité de cette pratique à l'un ou à l'autre. Quoiqu'il en soit, dans les années 70, la mode est là. Rambo, Björn Borg, Karaté Kid, McEnroe et Springsteen, comme une grande partie du circuit ATP, s'y mettent aussi. En NBA, les basketteurs font de même. Et s'il fallait expliquer comment ce serre-tête en est arrivé à devenir tendance, un seul élément de réponse ne pourrait suffire. Pascal Montfort enseigne depuis un bon bout de temps l'histoire et la sociologie de la mode et a aussi travaillé chez Nike en tant que responsable « tendance ». Pour lui, l'aspect pratique n'est que secondaire : « Bien sûr que ça évite de se retrouver avec de la transpiration dans les yeux. Mais pas que. La preuve, c'est que le bandeau a quasiment disparu des courts, qu'on lui préfère d'autres accessoires, alors qu'on continue de transpirer.  Non, je crois que c'était avant tout un effet de mode. Pour moi, ce sont Björg et McEnroe qui l'ont le mieux incarné. Leur point commun ? C'était qu'ils avaient les cheveux longs. Donc double utilité, voire triple : c'était pour tenir les cheveux loin des yeux, c'était aussi pour afficher un logo et puis surtout parce que c'était une époque où les tennismen étaient encore des icônes, des référents en termes de mode, des précepteurs. Ça leur donnait un côté rock star, hippie, rebelle. Les tennismen étaient cools, en gros. »

 

 

Et un seul d'entre eux semble avoir adopté cette éponge faciale pour toutes ses utilités possibles. Cerise sur le gâteau d'un look irréel, soutien-moumoute, absorbe-sueur, le bandeau est devenu une partie intégrante du jeu d'André Agassi. Dans son autobiographie, il parle de sa finale perdue à Paris en 90 et donne quasiment autant d'importance à sa défaite qu'à son montage capillaire : « Pendant ma finale, à chaque fois que je frap­pais, j'avais peur que tout se détache. Vous vous imagi­nez que des millions de téléspectateurs soient témoins de cela en direct ? » Et si aujourd'hui, quelques joueurs - Nishikori, Paire, Nadal ou encore Federer - osent parfois encore sortir un bandeau, difficile d'ignorer que la casquette ou même le bandana a largement pris le dessus. Julien Varlet a assisté à la lente disparition de l'éponge faciale et y va de son avis quant aux raisons de cette fin d'histoire : « À mon époque, des joueurs avec des bandeaux, il n'y en avait plus beaucoup. Des bandanas, oui, avec Escudé ou Clément, mais à la fin des années 90, c'était déjà un peu la fin de la mode. C'était limite ringard. » Un avis partagé par Diane-Elisabeth Poirier, auteure de « Mode et Tennis » au début des années 2000 : « Je pense que c'est aussi lié à la mode des coiffures. Le bandeau marchait pour les joueurs aux cheveux longs, bouclés. Et puis petit à petit, les joueurs ont eu les cheveux beaucoup plus courts, ils ont même commencé à se raser la tête. Et ça, ça marche moins bien avec le bandeau. » Encore un coup dur pour les personnes atteintes de calvitie.

 

Par Ugo Bocchi

 

Article rédigé par

So Press

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?