Accueil Mag Article

Double plaisir

Hier soir, alors que je suivais un « passionnant » Berdych-Nishioka, nos amis de Bein Sport ont eu la bonne idée de basculer sur le super tie break du match opposant la paire française Mahut-P2H à Djokovic-Troicki. Franchement, je me suis régalé

Hier soir, alors que je suivais un «  passionnant  » Berdych-Nishioka, nos amis de Bein Sport ont eu la bonne idée de basculer sur le super tie break du match opposant la paire française Mahut-P2H à Djokovic-Troicki. Franchement, je me suis régalé. Pourquoi  ? Parce qu'il y avait Djokovic évidemment. Quand Mahut et Herbert jouent, ça m'intéresse, mais pas certain qu'un fan de tennis australien, croate ou argentin soit particulièrement enflammé de voir jouer l'équipe de double française de Coupe Davis par BNP Paribas. En revanche, tous doivent être ravis de voir jouer Djoko en double.

J'ai décidé de regarder de plus près le tableau de double du BNP Paribas Open et je me suis aperçu que Djokovic donc, mais aussi Wawrinka, Nadal, Dimitrov, Pouille, Thiem, Zverev, Del Potro, Murray, Cilic, Berdych et Kyrgios y figuraient.

Pourquoi  ces grandes stars qui ne jouent jamais le double sont-ils presque tous dans le tableau  ? Evidemment la première chose à laquelle on pense c'est l'argent. Le tournoi doit être particulièrement généreux avec son prize money en double pour attirer ces grands joueurs. Pas du tout. D'ailleurs en 2016, à titre de comparaison, le masters 1000 de Miami offrait 50 000 dollars de plus aux vainqueurs que ne le fait le BNP Paribas Open cette année. La raison est calendaire. Pour la majeure partie des tops, ils n'ont pas beaucoup joué depuis l'Australie et le double est une façon de joindre l'utile à l'agréable et au pécunier.  

Ensuite la question qu'il faut se poser est  : n'a t-on pas là, la solution si recherchée pour promouvoir le double  ? Y faire figurer les stars  ! Les joueurs "bankable". On sait que l'ATP planche depuis longtemps sur la question. Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. Que voulez-vous, aller voir Jean-Julien Rojer et Horia Tecau affronter Dominic Inglot et Robert Lindstedt, ça n'emballe pas grand monde. La solution est d'une simplicité infantile et elle ne va pas plaire aux «  joueurs de double  ». Il faut obliger les joueurs du top 50 à participer à des tableaux de double avec par exemple l'obligation de jouer deux Grand Chelem sur quatre en double, quatre masters 1000 etc. En gros disputer le double dans la moitié des tournois auxquels ils participent. Et comme ça l'affaire est dans l'sac.

Je paye volontiers pour voir Nadal et Federer s’affronter en double ou mieux encore, jouer ensemble.

Avouez, ça aurait d'la gueule.

Article rédigé par

Eli

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?