Accueil Mag Article

La règle n'est pas toujours bonne

Il y a de ces règles au tennis que je ne comprends pas et qui me semblent parfaitement injustes ...

Il y a de ces règles au tennis que je ne comprends pas et qui me semblent parfaitement injustes, du type j'ai une crampe et je me fais soigner alors que normalement les crampes ne donnent pas le droit à l'intervention du kiné. Ou encore, lorsqu'un joueur ou une joueuse bénéficie d'un temps mort médical et que l'intervention ne devrait pas dépasser trois minutes, ce qui est rarement le cas. Parfois, ça en devient totalement absurde, comme le soin de 12 minutes dont a
bénéficié Mary Pierce en demi-finale de l'US Open 2005 face à Dementieva. Un match que Pierce finira par gagner ...


Aujourd'hui, devant Evans-Tomic, j'ai découvert un point de règlement qui, si j'étais sur le court, m'aurait rendu complètement dingue. Avant de rentrer dans mon coup de gueule réglementaire, je tiens à préciser que j'aime bien le petit Evans et qu'il était de loin mon chouchou sur ce match.


Le score était de 5 jeux partout au 3e set et Daniel Evans s'apprêtait à servir une deuxième balle alors que les deux joueurs étaient à égalité quarante partout. Je précise que Daniel Evans commençait à être sérieusement tendu. Il était à deux jeux d'atteindre pour la première fois un 8e de finale en Grand Chelem et donc de se mettre au moins 155 555 € dans la poche, soit le cinquième des gains depuis qu'il est professionnel. On comprend que ça puisse être un chouia stressant. Quoi de plus normal que le p'tit gars (1m75) de Birmingham commence à ressentir des crampes.


C'est à ce moment là, entre sa première et sa deuxième balle, que la pluie s'est invitée à la fête. Evans s'en est immédiatement plaint en disant que les lignes glissaient et que les conditions ne lui convenaient pas. Jusque là, tout va bien. Daniel Evans n'est en rien responsable de la pluie qui tombe et a parfaitement le droit de se plaindre des conditions qu'il ne juge pas « safe ». C'est ce qui suit qui me dérange. En raison de la pluie, la direction du tournoi décide de fermer le toit. Ce processus prend un peu de temps. Evans en profite d'ailleurs pour faire un arrêt au stand. Je vous rappelle qu'on n'est pas à la fin du set mais entre sa première et deuxième balle (du jamais vu)! Finalement, le jeu reprend, à la demande d'Evans qui commençait à se plaindre de la durée de l'interruption (un peu gonflé quand même), et le Britannique se replace pour servir.


C'est là où je trouve la règle totalement stupide et injuste, car au lieu de servir sa fameuse deuxième balle, en raison de l'interruption de jeu, Evans avait à nouveau une première ! Une première qui s'est avérée gagnante, suivie d'une autre pour permettre au talentueux Daniel Evans de mener 6 jeux à 5.


Pourquoi, nom d'une chaise d'arbitre, doit on resservir une première balle ? Au nom de quoi doit-on annuler une première manquée, qui plus est, à un moment aussi crucial du match ? C'est la règle. Celle-ci exige qu'il y ait une continuité entre la première et la deuxième balle. C'est donc en toute légalité que Daniel Evans a profité d'un règlement qui pour le coup n'est clairement pas adapté.


Il faut donc féliciter « Evo » comme il est surnommé pour s'être servi du règlement comme un vieux d'la vielle. Alors qu'il n'a que 26 ans et est tout sauf habitué à ce genre de situation.


Mais quand même, la règle n'est pas bonne et il y aurait du avoir 2e balle …


#lemecquinendémordpas

Article rédigé par

Eli

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?