Accueil Mag Article

Les Oscars du tennis 2016

Avant de se plonger dans une saison 2017 qui va arriver très vite, le MAG We Are Tennis a décidé de récompenser à sa façon ceux et qui celles qui se sont illustré(e)s en 2016.

Enfin les vacances! Après onze mois à arpenter la planète raquettes à la main, les joueurs et joueuses savourent quelques jours de repos. Mais avant de se plonger dans une saison 2017 qui va arriver très vite, le MAG We Are Tennis a décidé de récompenser à sa façon ceux et qui celles qui se sont illustré(e)s en 2016.

 

Oscar «David Ferrer» du joueur dont on percute qu’il est dans le Top 3… Milos Raonic

 

Moins sulfureux qu’un Kyrgios, moins «nouveau Federer» qu’un Dimitrov, plus régulier qu’un Goffin, le Canadien n’est pas le représentant des joueurs nés dans les années 90 qui fait le plus parler de lui. Pourtant, l’histoire doit lui reconnaître qu’il restera le premier à s’être incrusté sur le podium du tennis mondial. Pour y parvenir, ce grand déconneur (mais seulement en dehors des courts paraît-il) a été un élève studieux tout au long de l’année. Une seule victoire sur le circuit (Brisbane), mais un niveau moyen toujours très élevé avec des quarts ou des demies en Masters 1000 et deux fulgurances en Grand Chelem (demi-finale en Australie, finale à Wimbledon).

 

 

Pour l’instant, à défaut d’être populaire, cet admirateur de Bill Gates suscite le respect. Un cas qui rappelle celui de David Ferrer, sauf que le marathonien d’Alicante affichait déjà 31 ans au compteur lors son accession au Top 3. Raonic va lui sur ses 26. Il a encore le temps pour gratter une ou deux places et pourquoi ne pas fendre l’armure.

 

Oscar du revenant dont on n’attendait plus le retour… Juan-Martin Del Potro

 

Ces dernières années, les contributeurs de la page Wikipédia de l’Argentin ont surtout actualisé la rubrique blessures.  Deux saisons blanches ou presque, à enchaîner les opérations à ce maudit poignet. Deux saisons à désespérer de revoir un jour le vainqueur de l’US Open, celui qui aurait dû élargir le «big four » à un « big five » si son corps l’avait bien voulu. Et puis, la Tour de Tandil s’est redressée.  Une finale à Stuttgart en guise de premier message d’espoir avant cette folle aventure carioca lors des JO. Mais au-delà de la médaille d’argent, du combat épique face à Andy Murray, de la victoire d’entrée face à Novak Djokovic, on a juste envie de retenir son émotion, ses larmes, sa joie de juste rejouer au tennis.  À 28 ans, l’avenir lui appartient encore.

 

 

Oscar merci pour ce moment … Monica Puig

 

Avec le retour de Del Potro, elle aura été l’autre rayon de soleil de ces Jeux Olympiques pour le tennis. Là aussi, il y a eu les larmes, des sourires et une émotion renversante.

 

 

À 22 ans, Monica Puig a offert à Porto Rico un premier titre olympique que ce petit pays n’attendait pas vraiment. En état de grâce, la 34e mondiale a réalisé le parcours parfait, éliminant au passage la gagnante de Roland-Garros (Garbine Muguruza), une double vainqueur de Wimbledon (Petra Kvitova) et la numéro deux mondiale (Angelique Kerber). Cela valait bien un accueil triomphal au pays devant 4 millions de personnes.

 

Oscar du joueur humain après tout… Novak Djokovic

 

Quand on arrive au sommet de l’Everest, difficile de trouver la motivation pour aller plus haut. Son 8848m, Novak Djokovic l’a atteint le 8 juin dernier en remportant enfin Roland-Garros. Depuis, le Serbe est presque redevenu humain. Il a été éliminé dès le 3e tour par Sam Querrey à Wimbledon, a fondu en larmes après sa défaite contre le revenant Juan-Martin Del Potro aux JO.

 

 

Avant lui, un Borg avait ressenti la solitude du pouvoir à tout juste 25 ans, un Wilander avait perdu toute motivation une fois assis dans le siège du numéro un ; Djokovic dit lui chercher désormais «la joie intérieur». Reste qu’on l’imagine mal déposer les armes et admettre la domination d’Andy Murray. Le garçon n’est pas non plus du genre à s’éterniser avec les questions existentielles.

 

Oscar de la meilleure remplaçante…Barbora Strycova

 

Cette finale de Fed Cup par BNP Paribas face à la France, Barbora Strycova devait la passer à encourager ses partenaires depuis le box de l’équipe tchèque. C’était sans compter sur la petite forme de Petra Kvitova battue lors du deuxième simple par Caroline Garcia. Titulariseé à la dernière minute par son capitaine Petr Pala, Strycova (20e à la WTA quand-même) a remis les deux équipes à 2-2 avec sa victoire face à Alizée Cornet.

 

 

Même pas le temps de prendre une douche, elle enchaîne avec le double et amène le point décisif associée à Karolina Pliskova. C’est ce qu’on appelle un coaching gagnant.

 

Oscar du meilleur frère dans un second rôle… Jamie Murray

 

Il a longtemps été que « le grand frère de», ce garçon aux cheveux en bataille, ce type doué mais dépourvu du caractère de champion de son cadet. Et puis Jamie Murray a trouvé sa voie. Devenu un pur spécialiste du double, l’Ecossais a remporté une Coupe Davis par BNP Paribas avec Andy, puis a enchaîné cette saison associé au Brésilien Bruno Soares avec des victoires à Melbourne et l’US Open. Mieux, il a terminé la saison comme numéro un mondial de la spécialité. Pour la première fois dans l’histoire, une famille domine en simple et en double le tennis mondial. Dommage qu’Andy et Jamie n’aient pas eu de sœur.

 

 

Oscar «ça va, on ne te met pas trop la pression ?»… Taylor Fritz

 

Ce n’est pas nouveau, le tennis masculin américain attend désespérément son futur grand champion, le successeur des Sampras, Agassi, Chang, Courier ou Roddick. Et le nouvel élu s’appelle Taylor Fritz. Champion du monde junior en 2015, ce fils d’un ancien joueur et d’une prof de tennis a atteint la finale du tournoi de Memphis alors qu’il disputait seulement son troisième tournoi sur le circuit ATP. Si la suite de sa saison a été moins brillante, le Californien a été désigné à 19 ans comme l’espoir 2016 par l’ATP. De quoi mettre davantage la pression d’un garçon qui n’entend pas imiter les Donald Young, Justin Gimelstob, Ryan Harrison et autres fausses promesses du tennis US.

 

Oscar de la meilleure prestation lors d’un changement de côté… Svetlana Kuznetsova

 

On s’occupe comme on peut lors de la pause syndicale de 90 secondes : changer frénétiquement son grip (Richard Gasquet), engueuler le juge de chaise (John McEnroe) ou même dévorer un roman (Jim Courier). Svetlana Kuznetsova a trouvé une autre activité. Lors d’un match des WTA World Tour Finals face à Agnieszka Radwanska, la Russe a attrapé une paire de ciseau pour couper à l’aveugle sa tresse qu’elle trouvait trop longue.

 

 

Si le résultat esthétique laisse à désirer, Kuznetsova retiendra surtout qu’elle a fini par remporter la rencontre en trois sets. Pas de quoi cependant ouvrir un salon de coiffure.

 

Oscar de la meilleure réplique en plein match… Fabio Fognini

 

Si vous trouvez les tennismen actuels trop lisses, on vous préconise un match de Fabio Fognini. Râleur, chambreur, fantasque, l’Italien est un volcan qui ne demande qu’à rentrer en fusion. Comme lors de son premier tour à l’US Open. Lancé dans un marathon de près de cinq heures face à Teymuraz Gabashvili, le petit copain de Flavia Penneta a tenté de déstabiliser son adversaire, un peu trop bruyant à son goût. « Arrête! Même Azarenka ne crie pas aussi fort. » L’intéressée appréciera, mais avouez que vous avez quand-même un peu rigolé.

 

Oscar de la meilleure comédie estivale… le tennis français aux JO

 

A Rio, le tennis tricolore n’a pas répondu. «On n’a pas le droit de revenir sans médailles», prévenait son DTN Arnaud Di Pasquale qui ciblait un total de quatre breloques. Le bilan aurait pu être mauvais (tout juste un quart de finale pour Gaël Monfils), il a carrément été catastrophique. Elimination précoce du duo Herber-Mahut (tête de série numéro 1), défaite d’entrée de Mladenovic-Garcia avec en prime une improbable polémique textile, blessure de Tsonga… Bref, rien n’a voulu sourire. Mais ce n’était pas grand-chose encore comparé à l’affaire Benoît Paire, congédié par sa fédération… quelques minutes après sa défaite au deuxième tour contre Fabio Fognini. À leur façon, les Français ont trouvé comme faire parler du tennis aux JO. Ce n’était sans doute pas la meilleure façon.

 

Par Alexandre Pedro

Article rédigé par

So Press

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?