Accueil Mag Article

Qui pour remplacer Maria Sharapova sur le circuit WTA ?

Prise par la patrouille au dernier Open d’Australie, Maria Sharapova devrait être absente du circuit pour un bon bout de temps. La concurrence se tient néanmoins prête pour se substituer à la Russe dans tous les domaines où elle excellait.

Prise par la patrouille au dernier Open d’Australie, Maria Sharapova devrait être absente du circuit pour un bon bout de temps et va évidemment manquer au tennis féminin. La concurrence se tient néanmoins prête pour se substituer à la Russe dans tous les domaines où elle excellait.

 

Pour concurrencer Serena Williams : Angelique Kerber

Sur le plan sportif, Sharapova était jusqu’alors l’une des plus sérieuses adversaires de l’incontestable numéro 1 mondiale Serena Williams. Niveau palmarès (des joueuses encore sur le circuit), la Russe arrive en troisième position derrière l’Américaine et… sa sœur Venus, avec 35 titres amassés sur le circuit depuis ses débuts en pro en 2001, dont 5 tournois du Grand Chelem. Mais Venus, dont la dernière finale lors d’un tournoi majeure remonte à 2009 (défaite à Wimbledon face à Serena), ne représente pas l’avenir et ses résultats sont tout de même en baisse. Pour vraiment trouver de la concurrence à Serena en l’absence de Sharapova, c’est l’actuelle numéro 2 mondiale Angelique Kerber qui semble la mieux armée. L’Allemande a d’ailleurs dominé l’Américaine à Melbourne pour le premier gros rendez-vous de la saison et peut prendre un bel ascendant sur elle à Roland Garros, un tournoi qui ne lui a pas souri jusqu’à présent (meilleure performance : quart de finale en 2012). Actuellement, Kerber apparait donc comme la meilleure alliée de sa glorieuse compatriote Steffi Graf si celle-ci veut encore rester seule détentrice du record de 22 victoires en Grand Chelem.

 

Pour le sens du business : Caroline Wozniacki

Maria Sharapova, c’est un gros talent raquette en main mais c’est aussi un énorme sens du business. Si pas mal de ses principaux sponsors semblent la lâcher, ceux-ci pourraient rapidement se rabattre sur d’autres championnes « bankable ». Celle qui paraît la plus à même de récupérer les contrats et l’argent qui va avec se nomme Caroline Wozniacki. Comme Sharapova, la joueuse danoise semble douée à la fois pour le tennis (ex-numéro 1 mondiale) mais aussi pour les affaires, faisant fructifier une plastique sensiblement similaire : longs cheveux blonds, corps svelte et sourire impeccable, le tout ayant récemment été immortalisé par les photographes de Sports Illustrated à l’occasion d’un shooting en maillot sexy sur la plage. Un moment de gloire pour cette star montante déjà classée par Forbes comme la troisième sportive la plus fortunée au monde, avec près de 15 millions de dollars de gains annuels, derrière Sharapova et Serena Williams. Un podium 100 % tennis dont l’ordre pourrait bientôt changer si la Danoise se démultiplie pour devenir l’égérie de grandes marques. Elle l’est pour l’instant des chocolats Godiva, du café Lavazza, de Rolex, de Sony Ericsson, d’Adidas, de Babolat… Liste non exhaustive.

 

Pour le glamour : Ana Ivanovic

La Tsarine n’a pas été affublée d’un tel surnom pour rien : Maria Sharapova a tout de la reine maitrisant parfaitement sa communication, distillant régulièrement à ses fans des selfies et autres photos aux poses travaillées… Son physique hollywoodien et sa taille mannequin sont difficilement remplaçables mais dans un style différent, Ana Ivanovic sait aussi cultiver, depuis plusieurs saisons maintenant, son image glamour. Peut-être pas aussi femme fatale mais certainement plus spontanée, la Serbe fait une très légitime porte-drapeau du tennis actuel : professionnelle, sérieuse mais volontiers avenante lorsqu’il s’agit de sourire aux photographes en dehors des courts et d’arborer les dernières tenues de son équipementier en match. Et comme dans tout glamour, il y a une romance fameuse, en l’occurrence celle qu’entretient actuellement Ana Ivanovic avec le champion du monde allemand de football Bastian Schweinsteiger.

 

Pour l’attention médiatique : Eugénie Bouchard

Il s’agit ici de trouver une jeune femme dont les moindres faits et gestes seront épiés et commentés. Si Maria Sharapova a toujours été très bonne de ce point de vue, elle n’a jamais égalé l’attention médiatique portée à sa compatriote Anna Kournikova, mégastar du tennis au palmarès pourtant quasi vierge. Et dans ce registre, c’est la Canadienne Eugénie Bouchard qui affiche le meilleur profil : un talent raquette en main incontestable mais qui peine à se traduire en titre (un seul sur le circuit WTA, à Nuremberg en 2014), un classement assez loin des meilleures du moment et pourtant beaucoup de médias et de fans qui s’intéressent à elle. Son physique joue, son caractère bien trempé aussi, ce qui lui vaut de réunir plus d’1,3 million de fans Facebook et près d’un demi-million de followers Twitter. Meilleur rapport performance tennistique/popularité du moment.

 

Pour le côté attrape-cœur : Ajla Tomljanovic

Pendant longtemps, l’actu people du tennis a été marquée par la relation entre Maria Sharapova et Grigor Dimitrov. Une histoire qui a officiellement cessé l’été dernier sans jamais être remplacée depuis. Pour les amateurs d’indiscrétions de ce genre, il y a une jolie romance naissante dont on commence à parler : celle entre le nouveau bad boy du tennis Nick Kyrgios et sa compatriote australienne Ajla Tomljanovic. La Croate naturalisée de 22 ans, encore loin du niveau des meilleures mondiale, a été aperçue durant l’Open d’Australie en train d’embrasser la terreur du circuit ATP. Depuis, le couple supposé s’est fait très discret mais l’affaire est désormais tout en haut sur la pile de dossiers des paparazzis.

 

Pour être la porte-drapeau du tennis russe : Daria Kasatkina

Ces derniers temps, le tennis russe n’avait déjà pas la grosse forme. Avec la mise à l’écart de sa leader Maria Sharapova, les choses vont encore un peu plus se compliquer. Il est loin le temps où une myriade de Slaves squattait les meilleures places mondiales. Désormais, hors Sharapova, la Russe la mieux classée est Svetlana Kuznetsova qui, à 30 ans, est plutôt en fin de carrière… Pour l’avenir, il faut plutôt se concentrer sur les performances de la très jeune Daria Kasatkina qui, à 18 ans, a déjà intégré l’équipe de Fed Cup par BNP Paribas et atteint les troisièmes tours de l’US Open 2015 et de l’Open d’Australie cette saison pour ses deux premières expériences en tournoi du Grand Chelem. Quelques belles victoires face à Flipkens, Cibulkova, Schmiedlova et surtout Venus Williams lui ont déjà permis d’intégrer le top 50, en attendant certainement mieux.

 

Par Régis Delanoë

Article rédigé par

So Press

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?