Accueil Mag Article

Et si on changeait le calendrier ?

En septembre, on enchaîne l'US Open et la Coupe Davis, pourtant la suite du mois sonne un peu creux.

Le 13 septembre dernier, Novak Djokovic battait Roger Federer en finale de l'US Open. C'était un dimanche. Le lendemain soir, Federer était dans l'avion pour, quatre jours plus tard, défendre les couleurs de la Suisse dans le match de barrage du groupe mondial  de la Coupe Davis par BNP Paribas face aux Pays-bas.

Le 12 septembre 2011, Rafael Nadal s'inclinait en finale de l'US Open face à Novak Djokovic. C'était un lundi (pluie oblige). Le lendemain soir, les deux hommes filaient dans leur  pays respectif  pour disputer des demi-finales de Coupe Davis. Trois jours plus tard, Rafael Nadal affrontait Richard Gasquet  sur terre-battue à Cordoue alors que Novak Djokovic zappera le vendredi et ne jouera que le dimanche face à Del Potro à Belgrade. Ce jour-là, il abandonnera sur blessure...

Des exemples comme ceux-là, il en existe pléthore. Pourquoi je pense à ça  ? La Coupe Davis s'est joué il y a presque quinze jours maintenant  ! C'est du réchauffé coco  ! C'est justement là le problème.

Les demi-finales et les barrages de Coupe Davis se sont disputés les 18, 19 et 20 septembre derniers. Aujourd'hui nous sommes le 30 et il ne s'est toujours rien passé. Avec tout le respect que j'ai pour les tournois de Metz, Saint-Pétersbourg, Kuala Lumpur et Shenzhen, il ne s'agit tout de même pas des quatre événements majeurs du circuit. Alors où -  nom d'un surgrip bleu ! -  est le caractère d'urgence de disputer ce tour de Coupe Davis dès  la fin de l'US Open  ?!! Pourquoi ne peut-on pas patienter une semaine supplémentaire voire deux.

Avouez-le, si il n'y avait pas eu un tournoi sur le sol français, et si la FFT n'avait pas désigné un nouveau capitaine de Coupe Davis, vous ne vous seriez pas intéressé au tennis pendant un mois. La rentrée, les impôts... Vous êtes occupés à autre chose. Seuls les aficionados de ce sport pourront vous dire que Milos Raonic s'est imposé en Russie, le reste de la planète s'en fout (moi aussi mais c'est juste parce que c'est Milos).

La solution est donc simple : les tournois de Metz et Saint Pétersbourg sont avancés d'une semaine et se disputeront à la suite de l'US Open, de manière à ce que les joueurs engagés dans ces tournois aient le temps de se remettre des voyages puisqu'ils ne seront plus qualifiés à New York depuis un certain temps. Quant aux finalistes de l'US Open, eux disputent très peu de 250 et certainement pas dans la foulée d'un Grand Chelem. En revanche,  ils pourront se préparer sereinement pour défendre leurs couleurs.

Pourquoi on ne me demande pas mon avis plus souvent  ?

Article rédigé par

Eli

Mes points

+
Fanpts Bien joué

Mes points

Vous êtes

Rookie

avec 0 FANPTS

Challenge
du jour

Progresse
+ vite

Mes points

  • Mon historique

F.A.Q

  • À propos des niveaux
  • Comment ça marche?